Keith Sonnier

Sonnier (JPG)Pi, 1978
Tubes de verre, gaz argon, néon, transformateur
140 x 145 cm
Munich, cafétéria
(c) VG Bild-Kunst, Bonn 2013; photo: Jörg Koopmann

Le nombre π est l’un des signes mystérieux utilisés en mathématiques. Il est une constante dont la valeur est le rapport entre le diamètre et la circonférence d’un cercle, et qu’on ne peut pas exprimer comme un rapport de deux nombres entiers, c’est-à-dire sous forme de fraction. La lettre π a été choisie pour représenter ce nombre parce qu’elle est la première lettre des termes grecs pour périphérie (periphereia) et périmètre (perimetros). Tout comme Maurizio Nannucci, dont l’OEB possède deux œuvres, Keith Sonnier (*1941 Mamou, US) travaille beaucoup sur les liens entre lumière et écriture. L’œuvre Pi dessine la lettre grecque au moyen de trois tubes de néon et des fils électriques les reliant, dans les trois couleurs primaires bleu, jaune et rouge. Le nombre devient un objet éphémère qui, par la luminosité des couleurs élémentaires, renvoie également au caractère fondamental et en même temps transcendant de ce nombre, qui tout à la fois représente et transcende un acquis scientifique. L’œuvre de Sonnier est du même coup un commentaire sur le rapport entre art et science et fait allusion à un domaine situé au-delà de la logique, qui a son importance tant pour les arts que pour les sciences.

Vers la liste des artistes

Quick Navigation