Quick Navigation

Guide du déposant, 1e partie: Comment obtenir un brevet européen

 
 
Déroulement de la procédure
160
Après que la requête en examen a été formulée, l'OEB examine, au vu du rapport de recherche, du rapport préliminaire sur la brevetabilité et de la réponse du demandeur à ces rapports, si la demande de brevet européen et l'invention qui en fait l'objet satisfont aux conditions de la CBE, en particulier si l'invention est brevetable (cf. points 27 à 37).
Après avoir reçu le rapport de recherche et avant réception de la première notification de l'examinateur, le demandeur doit prendre position sur le fond au sujet des objections éventuellement élevées dans le rapport de recherche ; il peut également modifier la description, les revendications et les dessins (cf. points 159 et 172).
161
S'il a des objections à l'égard de la demande, l'examinateur chargé de l'instruction au sein de la division d'examen invite le demandeur, dans une première notification motivée, à présenter ses observations et, le cas échéant, à modifier la description, les revendications et les dessins (cf. points 171 à 176).
Si le demandeur ne répond pas à cette notification ou à toute notification ultérieure dans le délai qui lui a été imparti, la demande est réputée retirée (cf. toutefois point 225).
Lorsque l'attitude du demandeur montre clairement qu'il est intéressé à un examen rapide quant au fond, l'examinateur fera tout son possible pour établir la première notification dans les trois mois suivant la date de réception de la demande de brevet par la division d'examen ou suivant la date de réception de la requête en examen accéléré (cf. Annexe II, point 9).
JO 2010, 352
Le demandeur peut aussi être invité à fournir des informations sur l'état de la technique qui a été pris en considération lors de l'examen de demandes de brevet national ou régional et qui porte sur une invention faisant l'objet de la demande de brevet européen. Si ces informations ne sont pas communiquées dans le délai imparti, la demande est réputée retirée (cf. toutefois point 225). Il est recommandé de fournir les résultats de la recherche effectuée pour une demande antérieure dont la priorité est revendiquée, et ce dès qu'ils sont disponibles.
162
Le demandeur doit s'efforcer de répondre complètement aux objections de l'examinateur. En effet, le principe directeur de la procédure d'examen est qu'une décision de délivrance ou de rejet de la demande devrait intervenir après un nombre d'étapes aussi réduit que possible.
Dir. C-V, 1
Si, après examen de la réponse du demandeur, la demande ne répond toujours pas aux conditions requises pour qu'un brevet soit délivré, la procédure d'examen est poursuivie, selon le cas, par l'envoi d'une nouvelle notification, par un entretien téléphonique ou par une entrevue avec le demandeur. 
Dir. C-IV
Dir. C-VII
Le demandeur peut à tout moment requérir une procédure orale. 
163
L'examinateur consulte les autres membres de la division d'examen chaque fois qu'il le juge opportun. Il soumet la demande aux autres membres de la division d'examen au plus tard lorsqu'une décision est à prendre. 
Dir. C-IV, 4
Dir. C-VIII
Si la division d'examen estime qu'un brevet européen ne peut pas être délivré, la demande est rejetée. La décision est arrêtée par l'ensemble des membres de la division et les raisons du rejet y sont exposées. Un rejet ne peut se fonder que sur des motifs au sujet desquels le demandeur a pu prendre position. 
164
Lorsque la division d'examen estime que la demande et l'invention qui en fait l'objet satisfont aux conditions prévues par la CBE, elle passe au stade de la délivrance.  
165
La division d'examen notifie au demandeur le texte dans lequel elle envisage de délivrer le brevet européen en l'invitant à acquitter, dans un délai non prorogeable de quatre mois, la taxe de délivrance et de publication ainsi que les éventuelles taxes de revendication qui n'auraient pas encore été payées pour les revendications au-delà de la quinzième, et à produire une traduction des revendications dans les deux langues officielles de l'OEB autres que la langue de la procédure. Il est également recommandé de vérifier les données bibliographiques à ce stade. 
Si le demandeur acquitte dans les délais les taxes prescrites et produit en temps utile les traductions requises des revendications, il est réputé avoir donné son accord sur le texte dans lequel il est envisagé de délivrer le brevet. Si le demandeur ne répond pas à l'invitation, la demande est réputée retirée (cf. toutefois point 225).
166
Lorsqu'il examine le texte dans lequel il est envisagé de délivrer le brevet, le demandeur peut s'apercevoir que des modifications mineures seraient souhaitables, ou découvrir des erreurs. Dans ce cas, il lui est possible de soumettre ces propositions de modification ou de correction dans le délai prévu à la règle 71(3) (cf. point 165). Si la division d'examen accepte les modifications ou corrections proposées, elle établit une nouvelle notification au titre de la règle 71(3). Elle peut ensuite passer au stade de la délivrance, à condition toutefois que les traductions des revendications aient été produites et que la taxe de délivrance et de publication ait été acquittée dans le délai imparti. Si le demandeur dépose dans le délai prévu les modifications ou les corrections, ainsi que les traductions des revendications, mais omet d'acquitter les taxes ou de produire les traductions, la demande est réputée retirée (cf. toutefois point 225).
Dir. H-II
Dir. C-V, 4
JO 2010, 637
JO 2012, 52
167
Si la division d'examen n'approuve pas les modifications ou corrections demandées, elle reprend la procédure d'examen. En fonction du cas d'espèce, la division d'examen peut par exemple émettre une notification au titre de l'article 94(3) et de la règle 71(1) et (2), citer le demandeur à une procédure orale ou rejeter la demande.
168
Si le demandeur n'a pas remédié aux objections soulevées, la division d'examen rejette la demande en vertu de l'article 97(2), au motif qu'elle ne satisfait pas aux conditions fixées par la Convention. S'il n'acquitte pas la taxe de délivrance et de publication et, le cas échéant, les taxes de revendication exigibles, la demande est réputée retirée (cf. toutefois point 225). Si lesdites taxes ont été acquittées, mais qu'aucun brevet n'est finalement délivré, la taxe de délivrance et de publication est remboursée.
JO 2012, 52
Le demandeur doit également avoir acquitté les taxes annuelles et, le cas échéant, les surtaxes exigibles, avant qu'un brevet puisse être délivré (cf. points 213 s.). Si une taxe annuelle vient à échéance avant la date prévue de publication de la mention de délivrance du brevet européen, le demandeur en est informé. La mention de la délivrance n'est publiée que lorsque la taxe annuelle est acquittée. Si la taxe annuelle et, le cas échéant, la surtaxe n'ont pas été acquittées dans les délais, la demande est réputée retirée.
169
Si le délai fixé conformément à la règle 71 n'est pas observé, la procédure relative à la demande peut être poursuivie sur requête conformément à l'article 121 (cf. point 225).
170
La délivrance du brevet européen ne prend effet qu'au jour de la publication au Bulletin européen des brevets de la mention de la délivrance. L'OEB publie simultanément la mention de la délivrance du brevet européen et le fascicule du brevet européen contenant la description, les revendications et, le cas échéant, les dessins. Le Bulletin européen des brevets est publié sous forme électronique sur le serveur de publication de l'OEB (www.epo.org).
Le certificat de brevet européen est communiqué au titulaire de brevet sous forme papier. De plus, le titulaire du brevet reçoit, sur demande et contre paiement d'une taxe d'administration, des copies certifiées conformes du certificat avec le fascicule du brevet annexé. 
JO 2013, 418