Karlheinz Schmidt (Allemagne)

Croissance osseuse

L'inventeur allemand Karlheinz Schmidt a développé une substance qui provoque la croissance des organes ou des os lorsqu'elle est injectée dans le corps. La production de pièces et d'organes biologiques en utilisant des cellules embryonnaires vivantes comme matériaux technologiques, également appelée "ingénierie tissulaire," peut un jour rendre les transplantations obsolètes.

Karlheinz Schmidt, bien qu'âgé de 65 ans, est aussi alerte qu'un jeune étudiant en science ambitieux et impatient. Interrogé sur ses projets pour sa retraite, Schmidt déclare qu'il est, d'une certaine manière, agacé - en fait, tout simplement parce que l'inventeur estime que sa grande énergie et son formidable entrain pour apprendre et découvrir sont inversement proportionnels au temps qu'il lui reste pour les satisfaire.

Pourtant, Schmidt, qui vit dans la ville de Tübingen en Allemagne du Sud-Ouest, ne devrait pas véritablement s'inquiéter. Pour l'observateur moyen, son curriculum vitae est plutôt impressionnant de par son profil. Il a mené des travaux de recherche dans le monde entier, son "oeuvre" probablement la plus importante étant celle de "l'ingénierie tissulaire" (terme inventé et estampé par Schmidt).

Tout a commencé dans les années 1970. A l'époque jeune médecin à l'hôpital universitaire de Tübingen, près de Stuttgart, Schmidt a pu observer des cas problématiques que ses collègues médecins ne parvenaient pas à résoudre. Par exemple, citons le cas d'un patient dont les fractures, un an après un accident de motocyclette, n'étaient toujours pas guéries, ou d'un patient brûlé au troisième degré dont la peau endommagée ne parvenait pas à se reconstituer.

C'est toutefois l'observation de cas concrets associée à un grand nombre d'opportunités de recherche qui a véritablement contribué au développement de l'idée de Schmidt. Schmidt considérait qu'il pouvait mettre au point une méthode grâce à laquelle les médecins pourraient faire croître l'os ou la peau manquante directement à l'intérieur du corps humain.

Pour développer davantage son idée, Schmidt a effectué des premiers essais qui lui ont alors rapidement fait comprendre qu'il devait concentrer ses travaux sur le développement d'une ingénierie tissulaire destinée à produire des organes simples (tels que le tissu conjonctif, le tissu cartilagineux et le tissu osseux) et non pas à la production d'organes plus complexes tels que le foie ou la rate.

En 1991, Schmidt a créé un centre de recherche dédié à l'étude exclusive et au développement de l'ingénierie tissulaire. Il a très vite attiré des investisseurs privés qui ont injecté un montant estimé à 100 millions de dollars EU (l'équivalent de 77 millions d'Euros actuels) dans le développement d'une substance destinée à produire des pièces biologiques. Le brevet de base à l'origine de l'invention marquante de Schmidt a été publié en 1996.

Les avantages du processus d'ingénierie tissulaire étaient assurément évidents pour les investisseurs dès le départ : La technologie mise au point par Schmidt permet de fabriquer des greffons tissulaires à partir d'échantillons tissulaires très petits et, surtout, le corps ne rejète pas ses propres cellules, évitant ainsi les problèmes souvent associés aux transplantations.

Croissance d'un os à l'extérieur de l'oreille

Une société danoise a acquis la totalité des droits de fabrication de produits selon la méthode et la substance mises au point par Schmidt. Le principe est basé sur un grand nombre d'informations de reconstruction intégrées aux cellules vivantes à l'intérieur du corps où un os ou une partie tissulaire fait défaut. Le complexe implanté attire alors, à la manière d'une machine biologique, un plus grand nombre de cellules pour lancer le processus de reconstruction d'un os.

En fait, la substance créée par Schmidt est si efficace qu'un os, "implanté" à l'intérieur d'une oreille, se développerait à l'extérieur de celle-ci.

Bien que ce cas de figure puisse ne pas être exactement le vôtre au quotidien, les possibilités d'application de l'invention de Schmidt sont quasiment infinies. Par exemple, il n'est pas nécessaire pour un patient, dont la tumeur osseuse a fait l'objet d'une ablation, de porter une prothèse osseuse ; le remplacement de la "pièce manquante" peut se faire par simple régénération. L'ingénierie tissulaire peut également réparer des mâchoires endommagées par une maladie parodontale ou peut rendre obsolète l'utilisation des vis en titane habituellement insérées après les opérations pratiquées sur le disque intervertébral.

N'utilisez plus les vis, et régénérez simplement les os. L'os régénéré s'adaptera à la variation de votre masse corporelle et ne présentera aucune défaillance dans la durée dans la mesure où il fait partie intégrante de votre organisme.

20 000 patients, selon les estimations, ont d'ores et déjà fait l'objet d'implants d'organes et d'os régénérés qui utilisent la technologie de Schmidt.

Avenir prometteur

Mis à part le succès actuel de l'ingénierie tissulaire, l'élément probablement le plus original réside dans ses possibilités d'applications futures. L'inventeur lui-même et de nombreux autres experts en médecine estiment que les scientifiques seront, à l'avenir, en mesure de régénérer des organes plus complexes tels que le foie, les reins ou même le cœur.

Dans la seule Allemagne, près de 12 000 personnes attendent désespérément un donneur d'organe. Cependant, même après avoir trouvé un donneur, le corps rejette parfois l'organe implanté, ce qui entraîne le décès du patient. L'ingénierie tissulaire, dans la mesure où elle produit un organe en dehors des propres cellules du patient, pourrait un jour réduire, voire éviter ces problèmes.

MODE DE FONCTIONNEMENT

L'ingénierie tissulaire est basée sur une méthode qui intègre les informations aux cellules embryonnaires adultes d'un patient. La substance développée par Karlheinz Schmidt est mise en contact avec des cellules destinées à former une pièce biologique, soit à l'intérieur du corps humain (par voie d'implantation), ou à l'extérieur du corps dans une culture cellulaire.

La substance, associée à des composants d'adhésion, adhère à la bonne cellule et y reste fixée. L'ingrédient actif de la substance est une matrice tridimensionnelle macromoléculaire, qui peut être exprimée dans une structure telle qu'un gel ou une toison, voire une structure qui se dissout après avoir intégré aux cellules les informations nécessaires pour produire l'organe.

Un grand nombre d'informations est nécessaire pour créer le bon environnement capable de déclencher la croissance d'une pièce biologique telle qu'un os. Ces informations sont stockées dans la substance grâce à un assemblage de biomolécules actives qui attirent toutes les cellules à proximité, déclenchant ainsi la croissance de l'organe ou du tissu. Toute transmission de maladies est impossible dans la mesure où les cellules sont celles du corps du patient. Le système immunitaire ne rejettera par ailleurs pas les cellules et l'organisme ne comporte aucun corps étranger susceptible de dysfonctionnement dans la durée, du fait de la modification du corps du patient. La substance peut également comporter des antibiotiques qui empêchent toute inflammation du site de construction biologique.

Quick Navigation