Contact

european-inventor@epo.org

Tel: +49 (0)89 2399 1830

Fax: +49 (0)89 2399 1835

Votre inventeur favori n'a pas encore été primé ?

Nominate your favorite inventor
  • Nominez un inventeur pour le Prix de l'inventeur européen 2015
 

Joseph Vacca (USA)

Inventeur de l'année 2007 dans la catégorie "Pays non européens" 

Bruce Dorsey et Joseph Vacca

Force vitale

Avec ce brevet de 1998, le scientifique américain Joseph Vacca et son équipe de travail au sein de la société Merck Inc. ont créé le composé qui allait devenir le Crixivan, un traitement révolutionnaire destiné aux patients porteurs du VIH. La commercialisation du médicament en 1996 a produit des résultats quasi-instantanés, transformant la maladie, qui condamnait à l'origine le patient atteint du virus à une mort certaine, en une situation à laquelle une solution peut être apportée.

Le virus VIH ou virus du SIDA représente l'un des principaux défis auxquels est confrontée actuellement l'humanité. Les chiffres sont déconcertants : Dans son article paru en 2006 portant sur la pandémie mondiale, le Centers for Disease Control and Prevention (Centre américain pour la prévention et le contrôle des maladies) signalait que quelque 38,6 millions d'individus dans le monde vivaient en 2005 avec le virus du VIH, et étaient en dernier ressort menacés de mort certaine.

L'invention de Joseph Vacca aide ce groupe particulier de personnes depuis les dix dernières années. Bien que l'équipe de Vacca - composée de Katharine Holloway, Bruce Dorsey, Randall Hungate et James Guare - ne soit probablement pas la première à trouver un traitement anti-VIH, son composé fait preuve d'innovation en permettant de prolonger de manière significative la vie des personnes souffrant de cette maladie.

Le médicament, créé à partir du brevet et dénommé Indinavir, a été commercialisé sous la marque Crixivan. Dès son lancement, il s'est révélé bien différent de tout autre traitement disponible sur le marché : L'originalité de Crixivan résidait dans sa capacité à attaquer une cible virale différente - en d'autres termes la protéase du VIH.

Des temps difficiles aux avancées décisives

La société responsable du dépôt du brevet, Merck Inc., reconnaît bien volontiers que la voie du succès ultime a été semée d'embûches - la mort du responsable du projet d'origine, Irving Sigal, décédé en 1988, ne constituant pas la moindre de ces embûches.

Toutefois, malgré cet événement tragique et de nombreuses autres difficultés qui ont jalonné le parcours, il n'aura fallu que quatre années entre la première synthèse et la mise sur le marché du médicament agréé, ce qui représente en quelque sorte un miracle dans cette industrie à évolution bien souvent lente.

Vacca, un inventeur américain, fut l'un des deux responsables du groupe menant des recherches sur le projet de protéase du VIH a expérimenté différents autres concepts. L'une des séries de composés à porter au crédit de Vacca était la combinaison d'un élément du composé clinique créé dans les laboratoires de Hoffman-LaRoche (le médicament mis au point par LaRoche a été finalement commercialisé sous le nom de Saquinavir) avec un élément du composé que son propre groupe avait développé trois ans plus tôt.

Le premier échantillon de cette série de combinaisons a été créé par James Guare, son activité s'étant par ailleurs révélée assez faible. Vacca a ensuite créé le composé clé de la série. C'est ce composé qui - après de si nombreuses déceptions - a nourri les espoirs de l'équipe de pouvoir trouver une solution optimale.

Un autre membre de l'équipe, Bruce Dorsey, a repris la série créée par Vacca pour finalement aboutir au composé qui est devenu ultérieurement le Crixivan, et a pérennisé un succès commercial d'ampleur pour la société Merck Inc., dont 294 millions de dollars EU de recettes pour la seule année 2002.

L'effort de toute une équipe inscrit dans les annales

Aussi chaotique qu'ait pu être parfois la voie vers le succès, l'effort déployé par l'équipe, et d'une portée historique, qui a permis de créer le Crixivan évoque toujours de tendres souvenirs parmi ses membres.

Lorsqu'il se remémore ses 25 années passées au sein de la société, Vacca - qui travaille toujours avec Merck et directeur exécutif actuel de la société pour la branche "Chimie médicale" - considère la période consacrée aux travaux sur le Crixivan comme la plus palpitante et la plus enrichissante de toutes celles qu'il a connues dans sa carrière.

"Nous travaillions sur une maladie grave pour laquelle il n'existait à l'époque aucune possibilité de traitement," nous a indiqué Vacca, ajoutant que "c'était très motivant de constater que les données cliniques issues des tests confirmaient la supériorité des inhibiteurs de protéase par rapport aux analogues de nucléoside".

Entre-temps, le co-auteur du brevet, Katharine Holloway, se considérait comme une "chimiste virtuelle." Elle était chargée, dans le cadre du processus, de modéliser des propositions d'inhibiteurs de protéase du VIH afin de participer à l'établissement d'un ordre de priorité parmi les propositions les plus intéressantes pour le processus de synthèse. Holloway a modélisé une nouvelle matrice inhibitrice sur la base d'une idée développée par Vacca, et a démontré qu'elle pouvait faire l'objet d'études complémentaires.

L'équipe sachant que le VIH pouvait développer rapidement une résistance à toute thérapie simple, les inhibiteurs de la protéase du VIH ont donc été administrés dès le départ sous forme de "cocktail" associé à d'autres médicaments antirétroviraux dans le cadre du traitement HAART (Traitement antirétroviral hautement actif).

Et le cocktail a porté ses fruits. En 1997, le nombre de décès liés au SIDA enregistrés aux Etats-Unis a chuté de 47 pour cent selon la Food and Drug Administration, soit une diminution significative qui s'est produite peu après la commercialisation des inhibiteurs de protéase.

A ce jour, les médicaments tels que le Crixivan permettent aux personnes confrontées à la maladie mortelle générée par le VIH/SIDA de vivre de manière plus agréable, et également plus longtemps.

MODE DE FONCTIONNEMENT


Le VIH est l'agent étiologique (pathogène) d'une maladie qui comprend la destruction progressive du système immunitaire (SIDA) et la dégénérescence du système nerveux.

L'équipe conduite par Joseph Vacca a découvert qu'une inactivation génétique de la protéase codée du VIH entraînait la production de virions non infectieux immatures. En d'autres termes, elle a découvert que l'inhibition de la protéase du VIH constituait une méthode viable pour le traitement anti-VIH.

Crixivan, en tant qu'inhibiteur de la protéase, bloque effectivement la réplication virale par l'inhibition de l'activité de la protéase, enzyme utilisée par les virus pour séparer les protéines naissantes et intégrer de nouveaux virions.

Le médicament réduit la charge virale des patients porteurs du VIH et l'empêche également de se transformer en syndrome d'immunodéficience acquis. Il est administré sous la forme d'un "cocktail" associé à deux autres médicaments (identifiés comme inhibiteurs de la transcriptase inverse) et permet de réduire les risques pour les patients de contracter des maladies associées au VIH.

Quick Navigation