La fin des charnières bruyantes

Claus Hämmerle, inventor of the Blumotion dampening system

Lauréats du prix d'inventeur européen 2013 dans la categorie industrie

Claus Hämmerle et Klaus Brüstle, inventeurs du système d’amortissement Blumotion

Depuis la première porte claquée il y a des milliers d'années, peu d'avancées dans la technologie des charnières sont parvenues à égaler le système d'amortissement pour charnières de meubles breveté par Claus Hämmerle et Klaus Brüstle, deux inventeurs autrichiens.

Connu sous le nom Blumotion, ce gadget intelligent permet une fermeture silencieuse des tiroirs ou des portes de meubles. Le dispositif de fermeture en douceur a été intégré à presque tous les types de meubles dans un secteur représentant 126 milliards d'euros rien qu'en Europe.

Blumotion dampening system « Perfecting motion », la perfection du mouvement

Les personnes qui visitent le siège du fabricant de cuisines Julius Blum GmbH, basé dans le pittoresque land du Vorarlberg, en Autriche, peuvent encore apercevoir l'ouvrage qui a fait le renom de son fondateur, Julius Blum.

Des fers à cheval martelés pour empêcher les grands coursiers de la ville de glisser sur les routes alpines verglacées sont ainsi exposés, tout comme ses premières poignées de porte métalliques.

Ces modestes opérations ont depuis prospéré pour devenir une entreprise de plusieurs milliards d'euros employant plus de 5 000 personnes, pour la plupart dans le Vorarlberg où Blum est le plus gros employeur. Actuellement, Blum s'est taillé une place confortable sur le marché mondial de l'ameublement, à hauteur de 1,26 milliard d'euros par an, en tant que principal fabricant de charnières de meubles.

« Les brevets jouent un rôle majeur dans notre secteur, qui n'est peut-être pas très connu à travers le monde. »

Une marque reconnue

L'accent mis à l'origine par Julius Blum sur la forme et la fonctionnalité demeure inchangé dans l'entreprise. Grâce au concept ingénieux des inventeurs Claus Hämmerle et Klaus Brüstle, un minuscule système d'amortissement qui facilite la fermeture en douceur des portes des meubles, des tiroirs, ainsi que des armoires murales, les idées de cette entreprise familiale déferlent comme un raz-de-marée sur le marché.

« Notre système d'amortissement était vraiment efficace dès le premier jour », explique Gerhard Blum, le P.D.G. de l'entreprise. « C'est l'une des raisons de son succès foudroyant sur le marché. »

Aujourd'hui, le système Blumotion est omniprésent et peut être intégré dans pratiquement tous les types de meubles imaginables. Son nom est devenu une norme industrielle, à l'instar de Kleenex ou Xerox ; il est même utilisé par les profanes pour décrire les charnières fabriquées par les concurrents de Blum.

Son succès reflète l'évolution du marché du design intérieur actuel, davantage porté vers la simplicité et le confort, sans sacrifier la fonctionnalité. 

Il est loin le temps des ferrures de l'époque victorienne avec leurs motifs incurvés : les cuisines actuelles présentent des lignes pures, élégantes et minimalistes. Lorsque les inventeurs autrichiens ont eu l'idée de Blumotion, ce sont les caractéristiques qu'ils avaient à l'esprit.

Mise au rebut des vieilles charnières

L'histoire des charnières remonte si loin dans l'Antiquité qu'il est impossible de dire quand la première porte ou le premier tiroir a été fermé, mais certains éléments tendent à prouver que cela se serait produit vers 1600 av. J.-C. à Hattusa, une ancienne capitale du Proche-Orient, sous la forme de grandes portes en bois pivotant dans des cavités de pierre.

Dans les millénaires qui ont suivi, la charnière a subi quelques transformations notables en termes de fonctionnalité (telles que les charnières à ressort double action qui permettent aux cow-boys d'enfoncer les portes de saloon sans avoir à les refermer derrière eux).

Pourtant aucune de ces charnières, à l'exception peut-être des toutes premières, n'a véritablement suscité le même engouement que l'invention de Hämmerle et Brüstle chaque fois que leur dispositif d'amortissement permet la fermeture en douceur d'une porte de meuble. Cette satisfaction des clients est évidente dans les chiffres de vente de l'entreprise.

L'essor de Blum

En 2007, le chiffre d'affaires annuels de Blum dépassaient le milliard d'euros pour la première fois ; depuis, il a atteint 1,26 milliard d'euros. Aujourd'hui, il représente 12 % du chiffre d'affaires annuel total du secteur européen des meubles de cuisine (130 milliards d'euros).

Plus de 5 000 séjours et plus de 10 000 repas d'affaires dans le Vorarlberg ou dans les alentours, en Suisse notamment, peuvent être associés à Blum chaque année. Plus impressionnant encore : plus de 100 millions d'euros qui circulent dans l'économie régionale peuvent être imputés aux affaires que les entreprises locales traitent avec Blum.

Le pouvoir des brevets

Investissant 4 % de son chiffre d'affaires dans la recherche et le développement, l'entreprise Blum est désormais l'une des plus actives d'Autriche en matière de dépôt de brevets avec 1 000 brevets dans son portefeuille, dont 10 concernant Blumotion.

 « Les brevets jouent un rôle majeur dans notre secteur, qui n'est peut-être pas très connu à travers le monde », explique Gerhard Blum

Ce pourrait être l'une des raisons expliquant pourquoi Blum a pu croître de plus de 100 % depuis son entrée sur le marché intérieur et sur le marché international en 2001. L'entreprise a pu, selon elle, exploiter l'attrait croissant dans le monde entier pour des cuisines haut de gamme qui offrent un confort accru.

Expédiant des milliers de tonnes de ses charnières de meubles, systèmes de levage et rails de tiroirs à plus de 100 pays aux quatre coins de la planète, Blum incarne désormais pour de nombreux Autrichiens l'image d'une solide entreprise familiale.

C'est bien la preuve que la sensibilisation de la famille Blum aux besoins de sa clientèle, qu'il s'agisse de davantage de traction sur les routes verglacées ou de davantage de confort dans la cuisine, ne s'est pas perdue au fil des générations.

« Notre système d’amortissement était vraiment efficace dès le premier jour. C’est l'une des raisons de son succès foudroyant sur le marché. »

L'effet papillon

Le système Blumotion est rapidement devenu la référence dans le secteur pour tous les types de systèmes d'amortissement de charnières d'ameublement, quel que soit le fabricant. Comme Xerox et Kleenex avant lui, le système Blumotion est devenu un terme générique pour désigner un produit, indépendamment de la marque.

Trois ans après la commercialisation de Blumotion, l'Office européen des brevets a décerné un brevet à Julius Blum GmbH. La même année, en 2004, le système de fermeture en douceur a été récompensé par le prix Red Dot Product Design Award, l'un des plus prestigieux et renommés au monde en matière de design.

Au sujet de sa nomination au titre d'Inventeur européen de l'année 2013, Claus Hämmerle a déclaré : « Cette nomination a été une grande surprise. Nous n'aurions jamais pensé qu'un si minuscule objet pouvait nous apporter une réussite aussi incroyable. »

En gardant l'œil sur les marchés émergents, Blum a investi 84 millions d'euros en 2011 et 2012, ouvrant un nouveau point de vente en Ukraine et un centre de distribution moderne en Nouvelle-Zélande. L'entreprise compte déjà sept usines de production en Autriche, trois de plus en Pologne, aux États-Unis et au Brésil, ainsi que 27 filiales dans le monde entier.

Dans cet esprit, l'invention de Hämmerle et de Brüstle a créé, en quelque sorte, un effet papillon d'ébéniste : si un tiroir se referme doucement en Chine, des profits sont réalisés dans les Alpes.


Fonctionnement

Le système de charnière à fermeture en douceur du Blumotion est similaire aux suspensions d'une automobile. Un amortisseur se contracte et absorbe l'énergie par le biais d'un piston qui se déplace dans un cylindre en thermoplastique et silicone, rempli de liquide hydraulique.

Lorsque l'amortisseur est déployé au maximum et que la porte est ouverte, le piston se trouve à l'extrémité opposée du cylindre. Lorsque la porte est refermée, le piston est repoussé dans le cylindre, où il rencontre une résistance due au liquide qui l'entoure pour lui laisser la place. Seule une petite quantité de liquide, sous l'effet d'une pression élevée, peut passer autour du piston, ce qui le ralentit.

Le meilleur aspect du dispositif Blumotion est qu'il est sensible à la vitesse, ce qui signifie que plus une porte de placard est refermée rapidement, plus l'amortisseur oppose de la résistance. Vous pouvez claquer la porte à votre guise, elle ne fera pas un bruit (et ne cassera pas non plus).

Hinge

L'histoire repose sur des charnières

Du fait de leur omniprésence, il est facile de considérer les charnières comme acquises. Mais remontons au temps où elles n'existaient pas encore : sans charnières, impossible d'utiliser la mesure de sécurité la plus élémentaire, à savoir la porte d'entrée. C'était le cas dans la Turquie antique, où les gens utilisaient des échelles pour entrer dans leurs maisons en pisé par une ouverture située dans le toit. La sécurité reposait sur le fait de relever l'échelle et d'espérer qu'un intrus n'apporte pas la sienne.

Dans d'autres cultures, les entrées étaient barricadées à l'aide de lourds blocs de bois ou de pierre. Ceux qui étaient trop faibles pour « fermer la porte » étaient vulnérables. Les premières charnières dont nous ayons connaissance, aux environs de 1600 av. J.-C., étaient uniquement utilisées dans les structures les plus importantes telles que les remparts ou les lieux de culte.

Quand les Européens ont colonisé l'Amérique, la charnière s'était déjà largement répandue. L'un des avantages majeurs était la facilité avec laquelle on pouvait fermer une porte ou une fenêtre, garantissant qu'une personne autre qu'un homme de forte carrure pouvait fermer la maison en cas de besoin.

Quick Navigation