Prix de l'inventeur européen

Featured stories

Ingenieur.de
Watte gegen Öl

Contact

Office européen des brevets


Direction Communication Externe

european-inventor@epo.org
Tel: +49 (0)89 2399 1830

Fax: +49 (0)89 2399 1835

Autres inventeurs nominés dans cette catégorie


Gert-Jan Gruter (NL)
Bouteilles en plastique d’origine végétale


Steve Lindsey (UK)
Compresseur d'air à très haute efficacité

 

Günter Hufschmid (Allemagne)

Lauréat du Prix de l’inventeur européen 2017

Lauréat Günter Hufschmid

Catégorie : Petites et moyennes entreprises (PME)

Secteur : Adsorbants écologiques

Société : Deurex (Allemagne)

Brevet : EP2392630

Invention: Une super-éponge pour les déversements de pétrole

Grâce à une découverte fortuite, le monde dispose d'une nouvelle arme extrêmement efficace pour lutter contre les déversements de pétrole et de produits chimiques. Il s'agit d'une cire synthétique mise au point par Günter Hufschmid et son équipe de la société allemande Deurex. Cette cire peut adsorber jusqu'à sept fois son poids en liquides hydrophobes sans retenir d'eau, ce qui en fait l'outil idéal pour nettoyer les déversements et fuites, quel que soit l'endroit où ils se produisent – que ce soit sur le sol d'un garage ou autour d'une plateforme de forage pétrolier en mer.

hufschmid-side-visualIl existe des agglomérants classiques mais ils mettent généralement plus de temps à agir et épongent moins de contaminants. Certains laissent derrière eux des résidus chimiques et la plupart ne peuvent jamais être réutilisés. L'invention de Günter Hufschmid, qu'il a appelée « Pure », se montre plus efficace à tous les niveaux. Ce matériau est incroyablement adsorbant et rapide, ne cause pas d'effets indésirables gênants et, une fois le travail terminé, peut tout simplement être essoré et réutilisé.

La découverte du matériau Pure est le résultat d'un heureux accident. Alors qu'il essayait de mettre au point un nouveau type de cire micronisée, un employé de la société de Günter Hufschmid a laissé une machine tourner une nuit entière avec des paramètres de température et de pression incorrects. Le lendemain matin, le sol était recouvert d'une substance duveteuse et fibreuse que les employés ont rapidement surnommé « coton magique ».

Bénéfices pour la société

Selon la National Academy of Sciences des États-Unis, des millions de litres de pétrole sont déversés chaque année dans les océans. En 2010, la catastrophe de Deepwater Horizon a causé l'écoulement de près de 770 millions de litres de pétrole dans les eaux environnantes du Golfe du Mexique - et pourtant, cela n'a été que la quatrième plus importante marée noire de l'histoire. Au-delà des effets dévastateurs d'une telle contamination sur la vie marine, les déversements de pétrole et de produits chimiques peuvent aussi souiller les approvisionnements en eau, causant toute une série de problèmes de santé dans les communautés sévèrement touchées.

Les employés de Deurex font volontiers une démonstration des capacités de Pure à échelle réduite, en versant un peu de pétrole dans un verre d'eau et en pulvérisant dessus un peu de Pure. Ils le sortent ensuite de l'eau et boivent une gorgée d'eau. À grande échelle aussi, le matériau Pure a prouvé son efficacité. La société travaille par exemple avec une ONG pour aider à nettoyer le Delta du Niger, fortement contaminé. En 2013, Deurex a aussi envoyé des camions remplis de Pure pour aider les pompiers du sud de l'Allemagne à récupérer du fioul domestique qui avait fui dans les caves de victimes d'inondations.

Avantages économiques

En 2010, année lors de laquelle le matériau Pure a été inventé, la gestion des déversements d'hydrocarbures représentait un marché d'environ 13 milliards d'euros (14 milliards de dollars) à l'échelle mondiale. Les données issues de l'industrie pétrolière montrent que le nombre de déversements hors des navires-citernes et des plateformes pétrolières est en baisse. Pourtant, le marché du nettoyage devrait encore augmenter pour atteindre 118 milliards d'euros (125,6 milliards de dollars) d'ici 2020. En effet, les navires-citernes et les pipelines terrestres transportent de plus en plus de pétrole et les gouvernements - particulièrement aux États-Unis et en Europe - font davantage appel aux technologies de gestion des déversements.

Des négociations sont en cours entre Deurex et des acteurs de l'industrie pétrolière. La société espère que son nouveau produit lui permettra de s'imposer sur ce marché. Le matériau Pure peut aussi être utilisé dans le secteur des énergies renouvelables : les éoliennes modernes sont lubrifiées avec d'une importante quantité d'huile et, parfois, des fuites peuvent se produire. L'utilisation de la cire adsorbante de Deurex peut aider les sociétés à réduire leurs coûts de nettoyage et à raccourcir les temps d'arrêt. Actuellement, Deurex est en mesure de produire 700 tonnes de Pure par an, grâce à une nouvelle usine de fabrication récemment construite. D'autres investissements sont d'ores et déjà prévus en Allemagne et dans d'autres pays.

  • hufschmid-gallery1

    Ernst Krendlinger (à gauche) et Günter Hufschmid, avec une boîte de PURE

  • hufschmid-gallery2

    Günter Hufschmid montrant l'absorption de pétrole à la surface de l'eau

  • hufschmid-gallery3

    Günter Hufschmid tenant une éponge imprégnée de pétrole

  • hufschmid-gallery4

    Günter Hufschmid

  • hufschmid-gallery5

    Günter Hufschmid


Comment ça marche ?

Le mystère des propriétés chimiques inédites de Pure et de sa capacité à séparer l'huile de l'eau reste entier. La cire est un hydrofuge naturel mais le matériau Pure, fabriqué à base de polyéthylène, dispose d'un atout innovant supplémentaire qui lui permet d'absorber d'autres liquides hydrofuges tels que le pétrole ou les produits chimiques. Les chimistes de Deurex cherchent encore à déterminer le « pourquoi » de cette invention inespérée, même si le « quoi » a suffi à obtenir un brevet pour le matériau Pure.

Le processus de fabrication de Pure est similaire à celui d'une cire classique. Un granulat poudreux est chauffé et compressé - la seule différence tient au fait que pour Pure, la température et la pression sont plus élevés. Alors que le point de fusion de la cire traditionnelle se situe entre 40 et 60 degrés Celsius, celui de Pure se situé à 120 degrés Celsius. Ce matériau a également une surface de contact plus importante que les agglomérants granulaires classiques : un gramme de cire brute peut être transformé en trois mètres carrés de Pure.

Inventeur

Günter Hufschmid a commencé à étudier la chimie à l'Université technique de Munich en 1977, avant de déménager à Aix-la-Chapelle en 1982 pour suivre une formation avancée en gestion industrielle. Sa carrière professionnelle a débuté au sein de l'entreprise allemande de chimie BASF, où il a d'abord occupé un poste de manager commercial pour des produits chimiques spéciaux. Hufschmid a ensuite travaillé au sein des départements de BASF en charge du marketing, des études de marché, de la gestion des comptes et des ventes, partout dans le monde. Il a poursuivi ainsi jusqu'en 1992, année lors de laquelle il a démissionné pour fonder sa propre société.

Le groupe Deurex a débuté ses activités la même année dans la région allemande de Saxe-Anhalt, seulement deux ans après la réunification allemande. Avec l'appui des subventions fédérales accordées aux nouvelles entreprises, Günter Hufschmid a commencé à commercialiser une nouvelle technique qu'il avait mise au point pour microniser des cires d'une façon permettant de les utiliser en tant que revêtement de protection. Aujourd'hui, la société compte plus de 100 collaborateurs, dont 20 travaillent sur le matériau Pure.

Le saviez-vous ?

Deurex Pure n'est pas la seule invention à avoir vu le jour par hasard. Des innovations telles que les édulcorants artificiels, le four à micro-ondes et même le Velcro ont vu le jour par accident. D'autres célèbres finalistes et lauréats du Prix de l'inventeur européen ont eu de la chance eux aussi. Le physicien primé Sumio Iijima (finaliste dans la catégorie « Pays non membres de l'OEB » en 2015), père du nanotube de carbone, attribue fort modestement sa découverte initiale à la chance ; c'est guidé par sa curiosité que le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid (catégorie « Recherche »), lauréat du prix en 2016, a trouvé par hasard un traitement pour la maladie de Parkinson alors qu'il utilisait des électrodes pour poser des sondes sur le cerveau d'un patient ; l'ingénieur et physicien suédois John Elvesjö (catégorie « PME », 2015) a quant à lui réalisé par pur hasard que sa caméra qui suivait l'évolution de particules de pulpe dans une solution pouvait aussi suivre l'œil humain.

Quick Navigation