Informatios destinées aux journalistes


Contact, photos et téléchargements

Voir la rubrique « Presse »

 

Les demandes de brevet auprès de l'OEB atteignent un record absolu

6 mars 2014

Benoît Battistelli, Président de l'OEB, parle à la conférence de presse à Bruxelles

Les demandes de brevet déposées auprès de l'OEB ont connu une croissance de 2,8% l'année dernière et ont atteint un nouveau record absolu, montrant ainsi que l'Europe continue d'être un marché clé pour l'innovation. En 2013, l'OEB a reçu 266.000 demandes de brevet, contre 258.000 en 2012. L'OEB a accordé 66.700 brevets, soit 1,6% de plus qu'en 2012 (65.600), un nouveau record.

"Les demandes de brevet en Europe se sont accrues pour la quatrième année consécutive" a déclaré Benoît Battistelli, Président de l'OEB. "Cette progression prouve que les entreprises du monde entier voient de plus en plus l'Europe comme un pôle majeur pour l'innovation. La place importante des entreprises européennes de technologies à forte intensité de brevets montre de nouveau le rôle essentiel de ces secteurs pour l'emploi et la croissance de l'économie de l'UE."

Demandes par pays et par région

Avec 35% des demandes, les 38 Etats membres de l'OEB maintiennent le même nombre de demandes en 2013 que l'année précédente. Encore une fois, près de deux tiers des demandes proviennent de l'extérieur de l'Europe. Les pays les plus actifs cette année sont les Etats-Unis (24% du total), le Japon (20%), l'Allemagne (12%), la Chine (8%), la Corée du Sud (6%), la France (5%), puis la Suisse et les Pays-Bas (tous les deux 3%), et le Royaume-Uni et la Suède (tous les deux avec 2%).

Europe: le plus de demandes par million d'habitants

La force technologique des pays leaders d'Europe est reflétée dans les demandes de brevet par million d'habitants: avec 832 demandes, la Suisse est en tête de liste, devant la Suède (402), la Finlande (360), le Danemark et les Pays-Bas (tous les deux 347). Dans une comparaison par région économique, on constate que le Japon avec ses 177 demandes est loin devant la Corée du sud et la moyenne des 28 de l'UE (tous les deux 129), les États-Unis (107) et la Chine (3).

Une Europe stable, avec des différences régionales

L'industrie européenne a maintenu son niveau d'activité de l'année précédente, mais avec des différences régionales marquées. Notamment aux Pays-Bas (+17,2%), au Danemark (+8,1%), et en Suède (+7,5%), mais des États membres avec des niveaux de demandes plus faibles, tels que le Portugal (34,5%), la Turquie (31,9%), la République tchèque (+26,5%) et l'Irlande (+9,4%) ont montré des tendances à la hausse par rapport à 2012. Les demandes déposées en France (+1,1%), en Finlande (+0,6%) et en Autriche (+0,2%) ont augmenté de façon modérée. D'autres pays ont même vu une baisse des demandes de brevet, comme c'est le cas pour la Belgique (-7,4%), l'Allemagne (-5,4%), le Royaume-Uni (-3%), l'Italie (-2,7%), la Suisse (-2%) et l'Espagne (-1%).

Une augmentation stable pour les États-Unis; les pays asiatiques, moteurs de croissance

Les demandes des États-Unis (+2,8%) et du Japon (+1,2%) ont à nouveau augmenté de manière stable en partant de niveaux déjà élevés. Cependant, la Chine (+16,2%) et la Corée du Sud (14%) ont été une fois de plus les principaux responsables de la croissance: au total, les demandes en provenance d'Asie ont représenté près des trois-quarts de la croissance de l'OEB en 2013. Cela est dû notamment à la prédominance des entreprises asiatiques dans le secteur informatique, électronique et celui de la communication numérique.

Cinq entreprises européennes dans le top 10; Samsung en tête

Ceci est reflété dans le classement des entreprises, où Samsung se retrouve encore une fois en tête de liste des demandeurs de brevet (2.833 demandes). Avec cinq entreprises dans le top dix, les sociétés européennes ont tenu leurs positions dans leur région, avec Siemens (2e), Philips (3e), BASF (5e), Bosch (6e), et Ericsson (10e).

L'analyse d'un échantillon représentatif de services demandés à l'OEB en 2013 montre que l'OEB est également un important prestataire de services pour les petites sociétés: alors que 65,5% étaient de grandes entreprises, 29% étaient des PME et des inventeurs indépendants, et 5,5% étaient des universités et des instituts de recherche publics.

L'Europe domine dans l'automobile, l'environnement, et les technologies médicales

Dans neuf des dix secteurs technologiques les plus importants, ce sont des entreprises européennes qui ont déposé le plus grand nombre de demandes. Ceci met en évidence le portfolio équilibré et très varié de l'Europe. Les entreprises européennes ont récupéré la première place, occupée auparavant par les États-Unis, dans le domaine de la technologie médicale (41% d'entreprises européennes, 39% des États-Unis), qui a de nouveau été le domaine comptant le plus de demandes en 2013. Les européens étaient aussi particulièrement bien placés dans le domaine des transports (en particulier dans le secteur automobile et aéronautique) avec 60% du total des demandes, dans le domaine des moteurs, pompes et turbines (y compris les technologies d'énergie verte), avec 56% du total, et le domaine des techniques de la mesure (54 %).

L'informatique a été la seule technologie à ne pas être dominée par l'Europe (avec les États-Unis comptant 34% des demandes). Le Japon a montré sa force dans le domaine de la machinerie électrique (25%) et des transports (22%), et la Chine a été leader en communication numérique (15%).

En termes de croissance, on remarque une augmentation des demandes en informatique (+5%), en transports (+5%) et en machines électriques (+4%), tandis que l'industrie pharmaceutique (-14%), les moteurs, pompes, et turbines (-8%), la chimie fine organique (-7%), la communication numérique (-7%), et la biotechnologie (-4%) ont connu une chute.

En savoir plus

Rapport annuel 2013

Informations destinées aux journalistes

Quick Navigation