Informations destinées aux journalistes


Contact, photos et téléchargements

Voir la rubrique « Presse »

 

Des inventeurs d’exception originaires de France, d’Allemagne, d’Irlande, des Pays-Bas, de Suisse et des Etats-Unis remportent le Prix de l’inventeur européen 2018

7 juin 2018

Les gagnants du Prix de l'inventeur européen 2018 ont été annoncés aujourd'hui par l'OEB lors d'une cérémonie qui s'est tenue à Saint-Germain-en-Laye devant quelque 600 invités issus de la politique, des affaires, du secteur de la propriété intellectuelle et de la recherche. Les lauréats sont originaires de sept pays (France, Allemagne, Irlande, Suisse, Pays-Bas, Etats-Unis et Russie), quatre sont des femmes, une première dans l'histoire du Prix. Celui-ci récompense des inventeurs exceptionnels venant d'Europe et du monde entier qui ont apporté une contribution remarquable au progrès technologique, au développement social et à la croissance économique. Les gagnants ont été choisis par un jury international indépendant parmi plus de 500 inventeurs.

EPO President Benoît Battistelli avec Michaëlle Jean et Thierry Breton

"L'inventivité et la créativité des lauréats du Prix de l'inventeur européen de cette année prouvent l'attractivité de l'Europe en tant que région technologique de premier plan pour les scientifiques et les inventeurs du monde entier", a déclaré Benoît Battistelli, Président de l'OEB, lors de la cérémonie de remise des Prix. "Je suis particulièrement heureux de constater que l'édition de cette année met en valeur la forte contribution des femmes inventrices dans de nombreux domaines traditionnellement dominés par les hommes. Leurs réalisations couvrent un large éventail de secteurs industriels, et ont ouvert des possibilités que d'autres n'auraient jamais pu imaginer. Elles contribuent notamment à rendre les transports plus respectueux de l'environnement, nous permettent de lutter contre le gaspillage et d'alimenter des implants médicaux qui sauvent des vies. Leurs inventions sont moteur pour la production ou pour des process médicaux, elles nous permettent de regarder à l'intérieur du corps humain pour faciliter le diagnostic médical et même de mesurer les lois physiques à la plus petite échelle".

Les lauréats du Prix de l'inventeur européen sont :

Industrie

Agnès Poulbot et Elie Gibon, neveu de Jacques Barraud†

Agnès Poulbot et Jacques Barraud†  (France) :
Bandes de roulement auto-régénérantes

Les inventeurs français Agnès Poulbot et Jacques Barraud ont développé des bandes de roulements qui non seulement augmentent la durabilité et la performance du pneu, mais diminuent aussi significativement la consommation de carburant des véhicules équipés et leurs émissions de CO2. Cette invention permet de réduire d'environ 3 tonnes les émissions de CO2 en 100 000 kilomètres de voyage. Elle est commercialisée par l'entreprise Michelin, qui estime que les pneus utilisant cette technologie auto-régénérante devraient représenter 30 % de ses ventes aux poids lourds d'ici 2022.

Recherche

Jens Frahm

Jens Frahm (Allemagne) :
Imagerie par résonance magnétique (IRM) plus rapide et en temps réel

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est devenue l'un des outils de diagnostic les plus répandus grâce au biophysicien allemand Jens Frahm. Celui-ci a mis au point la technique FLASH (fast low angle shot) qui accélère l'IRM pour atteindre des vitesses d'enregistrement allant jusqu'à 100 images par seconde, ce qui permet à ce dernier d'être utilisé aujourd'hui dans la pratique clinique quotidienne. Depuis, il a fait entrer l'IRM dans l'ère de la vidéo. La technologie FLASH s'est révélée être le brevet le plus rentable de l'Institut Max Planck.

Pays non membres de l'OEB

Esther Sans Takeuchi

Esther Sans Takeuchi (États-Unis) :
Batteries pour redémarrer le cœur

L'ingénieure chimiste Esther Sans Takeuchi a inventé les batteries compactes qui alimentent de minuscules défibrillateurs cardiaques implantables (DCI). Utilisés par des millions de patients, les DCI réduisent considérablement le risque de crise cardiaque en délivrant des chocs électriques salvateurs. Son invention a augmenté significativement la durée de vie des batteries et réduit ainsi la fréquence des interventions chirurgicales nécessaires pour les remplacer. La batterie Li/SVO n'est qu'un des 150 brevets d'Esther Sans Takeuchi, l'une des inventrices les plus prolifiques des États-Unis.

Petites et moyennes entreprises (PME)

Jane ní Dhulchaointigh

Jane ní Dhulchaointigh et son équipe (Irlande) :
Sugru : colle modulable à usages multiples

L'irlandaise Jane ní Dhulchaointigh - spécialiste du design - et son équipe ont mis au point une colle malléable multi-usages qui offre la force d'une super-glue avec la flexibilité du caoutchouc. Si son nom signifie « Jeu » en irlandais, cette invention est le résultat de 8 000 heures de recherche en laboratoire et ouvre de nouvelles possibilités pour réparer et personnaliser les objets du quotidien. Sugru nous pousse à appréhender autrement nos objets et le gaspillage que nous pouvons générer quand nous les jetons et les remplaçons.

Prix du public

Vadim Banine et Erik Loopstra

Erik Loopstra (Pays-Bas) et Vadim Banine (Pays-Bas/Russie) :
Lithographie par ultraviolets extrêmes
créant des micropuces plus petites et plus puissantes.

L'ingénieur systèmes néerlandais Erik Loopstra et le physicien néerlando-russe Vadim Banine ont été désignés par le public via un vote en ligne comme les gagnants du Prix du public 2018. Les deux inventeurs sont ainsi récompensés pour avoir développé la technologie de lithographie par ultraviolets extrêmes (EUVL), qui utilise des lasers à haute énergie pour graver des détails à l'échelle nanométrique, permettant de produire des puces électroniques plus petites, plus rapides et plus puissantes. Grâce à Erik Loopstra et Vadim Banine et leur équipes de chercheurs et d'ingénieurs, la prochaine génération de microprocesseurs est fabriquée avec une technologie européenne. Leur équipe a reçu le plus grand nombre de votes parmi les milliers de votes exprimés en ligne par le public entre le 24 avril et le 3 juin.

Œuvre d'une vie

Ursula Keller

Ursula Keller (Suisse) :
Lasers à impulsion ultra-rapides

La physicienne suisse Ursula Keller a mis au point le miroir SESAM, une méthode facile et pratique pour transformer la lumière d'un laser en des pulsations ultra rapides. C'est aujourd'hui la technologie de pointe pour les lasers ultra-rapides présents sur le marché qui est utilisée dans de nombreux dispositifs médicaux et procédés industriels. Pendant plus de 30 ans, la physicienne a fait progresser la science du laser en créant des modèles plus compacts, plus efficaces et plus puissants, autant de nouvelles opportunités pour des domaines allant de la recherche scientifique aux télécommunications et aux appareils électroniques grand public.

En savoir plus

Quick Navigation