40 Years EPC celebrations - welcome speech

Symposium, Munich
17 October 2013

Introduction


Mr President of the European Council, dear Mr Van Rompuy
Ministers,
Ambassadors,
General Consuls,
Director General of WIPO, dear Francis
President of the OHIM, dear Antonio
Mr Chairman of the EPO Administrative Council, dear Jesper
Heads of delegation and members of the EPO Administrative Council,
Former Presidents of the EPO,
Representatives of industry, IP professionals, academia and media,
Representatives of EPO staff,
Dear colleagues,
Ladies and Gentlemen

40 years ago, a group of European states gathered here, in the city of Munich, to sign the European Patent Convention, the founding treaty of our organisation - a unique construction with no real equivalent: European, intergovernmental, technical, dedicated to the protection of innovation.

Those different dimensions are reflected here today in the distinguished and diverse audience which I am honoured and pleased to welcome to this symposium, marking the fortieth anniversary of the EPC.

First, let me welcome Hermann Van Rompuy, the President of the European Council, and Commissioner Barnier from the European Commission, both of whom played a significant role in the adoption of the ground-breaking unitary patent package less than one year ago. Their participation in this event is a clear sign of the strong relationships established between the EPO and the EU institutions.

A special welcome is due to the participants in the roundtable discussion on Innovation and Europe which will take place later on. They are:

  • Mr Hanno Pevkur, Minister of Justice of the Republic of Estonia;
  • Viscount Younger of Leckie, Parliamentary Under-Secretary of State for Intellectual Property at the Department for Business, Innovation and Skills, from the United Kingdom;
  • Mr Tian Lipu, Commissioner of the State Intellectual Property Office of China;
  • Mr Ferdinando Beccalli-Falco, President and CEO of General Electric Europe and North Asia;
  • and Mr Harold Goddijn, CEO of the navigation device maker TomTom.

To all of you, a warm welcome and thank you for joining us. This afternoon, a range of events will illustrate the birth and development of our Organisation. I do not intend to present the whole history of the EPO: this will be done brilliantly by Professor Griset, the author of the book which has just been published under the title "the European Patent". But I would like to take this opportunity to outline two important dimensions which in my view characterise the EPO.

Part I: The EPO in its technical dimension

The first element I would like to highlight is that the proven success of our Organisation derives mainly from the technical capacity and expertise it has been able to develop over the years.

A patent is not an end in itself and as a limitation on the principles of free trade and competition, it must be subjected to a thorough examination process to ensure that it represents a real technical improvement. This is the primary responsibility of a patent office, which is entrusted by the relevant authorities to balance the interests of the inventor against those of society at large.

These ideas and principles are easily summarised and understood, but their daily application in each individual case can pose a real challenge. To ensure a patent system will be run in a fair and predictable manner, to gain the confidence of all the stakeholders, to guarantee the delivery of high-quality products and services, a number of requirements have to be met.

First, the requirement for human expertise. The number of EPO staff has risen steadily: from a few hundred to some 7000 employees, most of them patent examiners (4 200), at five locations in Europe. This makes the EPO the second largest European public institution, after the EU Commission.

More than 30 different European nationalities are represented among the staff, mirroring the wider Europe. They come with their different cultures, history and expectations. They are highly qualified, speak several languages, and make it possible for the EPO to cover every technological field with great accuracy.

There is no denying, however, that, right from the beginning, the social relations at the Office have always been difficult. I was struck by the fact it was the only regret expressed by the first President, Bob van Benthem, when he left his position in 1985. It started with the delicate merge between the IIB and EPO newcomers. This tradition is still very strong at the Office: you just had a taste of this today.

Secondly, the quality of the patent process also relies largely on the tools and IT solutions a patent office can provide. Our job requires the processing of a huge amount of data in all possible languages. To conduct an in-depth analysis of the prior art in a specific technological field, an examiner needs a refined classification system for the documentation, and a powerful search engine, which is also able to overcome the language barrier.

At the EPO, this has led to the creation of different tools and services over the years. EPOQUE, Espacenet, the CPC, Patent Translate: these are the concrete solutions provided by the EPO to support the patent system. They have had an unprecedented success, which has helped to build the reputation of the EPO worldwide as a high-quality service provider, and most of them have become world standards.

Numbers, of course, are not everything, but they have a strong indicative value, testifying to the importance attached to the European patent system by its principal users: the applicants and patent holders. A maximum of 30 000 patent applications was expected when the Office went into operation in 1978 - the latest figures are almost ten times higher (260 000).

Certainly, this rise in filings is due in part to the global increase in patent activity over the past three decades and to the growing attractiveness of the European market for investors and innovators. But it also shows that our applicants are consciously choosing the European route to protect their inventions, bearing witness every day to their trust in the European patent system put in place forty years ago.

The EPO has worked extremely hard to earn that trust and ensure that it continues to be deserved. This follows, in the first place, from the Office's consistent emphasis on quality in examination and grant, as the basis for sound patents which provide value for the holder.

The broad dissemination of patent information also has an economic significance and has always been taken very seriously by the EPO. Free and direct access to patent information, through the EPO's online databases, is a vital form of support for R&D and for investment decisions.

Patent information, as an integral part of the European patent system, promotes the flow of data and the networking of technical information within and across communities. It contributes in a fundamental way to the knowledge-based economy on which our future prosperity depends.

Here also, I would like to underline the role played by the users in the continuous improvement of the patent system. Their input has been crucial to the implementation of the patent system designed by the EPC.

High-quality, sound patents make for increased legal certainty and reduce the risk of costly litigation. They protect European innovation on the world stage and help European companies to find new markets. And they attract investment into Europe, since companies in other regions know their investment will be secure.

The EPC has provided the platform for developing a unique technical expertise which is of immense value for the European economy and the global patent system. So the EPO is clearly a technical success, acknowledged worldwide.

Partie II - L'OEB dans sa dimension européenne

(La construction européenne)

Le second élément sur lequel je voudrais insister dans cette présentation générale concernant l’OEB peut paraître évident mais il est pour moi fondamental : sa dimension européenne. En effet, dans sa genèse, dans ses caractéristiques, dans son développement, l’OEB est le fruit direct de cette histoire européenne de l’après-guerre où tout un continent dévasté a dû se reconstruire, se réinventer. La construction européenne a été portée par les anciens ennemis, mus par la volonté de ne plus permettre à un tel cataclysme de se reproduire, en cherchant à s’inventer un avenir commun.

L'idée essentielle portée par des hommes comme Jean Monnet, Robert Schuman, Paul-Henri Spaak, était de déléguer des pouvoirs nationaux à une instance supranationale européenne dans des secteurs essentiels, afin de favoriser le développement des échanges et des intérêts européens communs, et in fine de garantir la paix.

Dans son discours du 11 septembre 1952 à Strasbourg, Jean Monnet déclarait: " Cette union européenne ne peut pas se fonder seulement sur les bonnes volontés. Des règles sont nécessaires. Les événements tragiques que nous avons vécus, ceux auxquels nous assistons, nous ont peut-être rendus plus sages. Mais les hommes passent, d'autres viendront qui nous remplaceront. Ce que nous pourrons leur laisser, ce ne sera pas notre expérience personnelle, qui disparaîtra avec nous ; ce que nous pouvons leur laisser, ce sont les institutions. La vie des institutions est plus longue que celle des hommes et les institutions peuvent ainsi, si elles se sont bien construites, accumuler et transmettre la sagesse des générations successives. "

Si le traité fondateur de l'OEB dont nous fêtons aujourd'hui le 40ème anniversaire a été signé en 1973, soit bien après les traités CECA (1951) ou CEE (1957), il procède d'une longue maturation depuis la fin de la guerre, très influencé par les aléas de la construction européenne en marche, et résulte d'une même volonté de transférer des pouvoirs à une institution supranationale européenne, dans un domaine très spécifique, la délivrance des brevets.

Ses pères fondateurs, Bob van Benthem, Kurt Haertel, François Savignon, font partie de cette même génération d'hommes qui ont connu la guerre et ont participé à la reconstruction du continent.

Durant cette même époque de l'après-Seconde Guerre Mondiale, n'oublions pas que toute une partie du continent européen, qui avait joué un rôle majeur dans le développement de cette Europe intellectuelle et industrielle depuis le milieu du 19ème siècle, tombait sous le joug de dictatures pour une période des plus sombres qui devait durer 50 ans.

J'ai pu ces derniers temps participer au 20ème anniversaire de la réinstallation de plusieurs offices de brevets en Europe de l'Est. Ces cérémonies, souvent riches en émotions, donnent la mesure du chemin parcouru par notre continent dans la réalisation de cette maison Europe, enfin réunie sur la base d'un socle commun et démocratique.

L'OEB pour sa part, dès le début des années 90, avait lancé le programme des accords d'extension - le premier étant signé en 1993 avec la Slovénie -, ce qui facilita l'intégration de ces pays dans l'Organisation.

(L'expansion géographique de l'OEB)

Des preuves indéniables du succès rencontré par l'OEB se retrouvent dans son expansion géographique. A la fin des années 60 s'ouvrait la conférence intergouvernementale pour l'instauration du système européen des brevets, avec 21 Etats participants (dont la Yougoslavie). L'acte final fut signé le 5 octobre 1973. La CBE fut ratifiée par 7 Etats au 7 juillet 1977 (DE, FR, UK, NL, BE, LU, CH) pour entrer en vigueur trois mois plus tard. Depuis lors, l'OEB connut une expansion géographique continue, qui la porte aujourd'hui à 38 Etats membres. C'est une grande Europe, représentant un territoire de 600 millions de personnes.

Cette large couverture géographique est aussi, je crois, un grand succès à mettre au crédit de l'Organisation. Elle démontre sa capacité d'intégration de pays très divers en taille de population, poids économique et développement industriel. Elle constitue un atout indéniable en offrant un accès simplifié aux entreprises à un des plus grands marchés économiques au monde.

(Les relations OEB / Etats membres)

L'OEB est également le reflet de cette Europe des nations où les niveaux locaux et régional s'articulent afin de maximiser le potentiel de l'Europe, selon les principes de complémentarité et subsidiarité.

L'Organisation a longtemps cherché le bon équilibre entre les rôles dévolus à l'Office Européen des Brevets et aux offices nationaux de brevets. Ces relations ont atteint aujourd'hui un degré de maturité certain et tous coopèrent au sein du Réseau Européen des Brevets au développement de l'attractivité du continent européen comme terre d'innovation.

Je voudrais profiter de cette occasion pour saluer les responsables d'office de brevets aujourd'hui présents pour les relations très productives et de confiance qu'ils ont contribuées à établir avec l'Office ces dernières années en particulier.

Je suis également particulièrement heureux des liens renforcés de coopération que nous avons développés avec l'Office pour l'Harmonisation dans le Marché Intérieur, représenté aujourd'hui par son Président Antonio Campinos. Un résultat exemplaire de cette coopération a été présenté récemment à Bruxelles: il s'agit de notre étude commune sur l'impact économique dans l'UE des industries grandes utilisatrices de droits de propriété intellectuelle, qui démontre le poids essentiel pris par les DPI pour l'activité économique et l'emploi en Europe de nos jours.

(La voix de l'Europe dans le monde, dans le domaine des brevets)

Mais l'OEB se caractérise aussi par une forte présence internationale. Dès sa création, dans son traité même, l'OEB a été pensé comme un acteur essentiel du Patent Cooperation Treaty (PCT), une plate-forme internationale de coopération technique dans le domaine des brevets, administrée par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle.

Je profite de cette occasion pour saluer M. Francis Gurry, le Directeur Général de cette organisation, qui nous fait le plaisir de sa participation à nos célébrations. L'OEB génère aujourd'hui près de 40% des recherches internationales et 50% des examens internationaux du PCT et continuera à améliorer ses services pour faire face à la forte croissance et à la grande diversification des demandes de brevet PCT.

Nous avons également fêté au Japon, l'année dernière, les 30 ans de la Trilatérale, cadre de coopération technique entre les offices américain, japonais et l'OEB. Ces activités ont eu à coeur de faciliter la vie des utilisateurs du système des brevets, en simplifiant les procédures, harmonisant les pratiques, et en créant de nouveaux outils. L'extension de cette coopération aux offices chinois et coréen, depuis 2007, dans le cadre de l'IP5, lui a apporté une nouvelle dimension, ces cinq offices pesant pour près de 90% de l'activité Brevets dans le monde. Dans ce cadre multilatéral de coopération technique, l'OEB, c'est la voix de l'Europe, un partenaire reconnu et apprécié pour son expertise unique.

Enfin, une mention particulière pour tous les nombreux partenariats développés à travers le monde dans le cadre de la coopération bilatérale. Il est tout a fait remarquable que l'OEB ait su engager des contacts avec les autorités chinoises dès le début des années 80. M. Tian Li Pu, le Commissaire chinois des brevets, a été partie prenante de cette aventure dès le début, les liens entre les deux offices n'ayant cessé de se renforcer au cours des années.

Mais nous avons eu également le plaisir de développer d'excellentes relations avec les offices du Brésil, du Mexique, de la Russie, du Maroc, de l'Australie, du Canada et bien d'autres encore, ainsi que des organisations intergouvernementales telles l'OAPI, l'Office Eurasien ou plus récemment l'ASEAN.

Beaucoup de ces partenaires sont représentés ici, aujourd'hui, et je les salue tous très sincèrement et amicalement.

(Le brevet unitaire)

Toutefois, tous ses développements très positifs qui font maintenant partie intégrante de l'histoire et de la réussite de l'OEB ne doivent pas donner l'impression que le système européen des brevets serait achevé.

Pour l'Europe, un défi essentiel est la place qu'elle occupera dans une économie sans cesse plus mondialisée. Comment maintenir l'attractivité du territoire européen pour la recherche et l'innovation? La table ronde qui se déroulera cet après-midi abordera certainement cette question.

Une partie de la réponse réside certainement dans la mise en oeuvre des deux grands projets récemment décidés dans le cadre de l'UE: le brevet unitaire et la juridiction unifiée des brevets. Abaisser les coûts de protection des inventions et en renforcer la sécurité juridique, voilà les principaux objectifs.

L'OEB est fier de s'être vu confier la responsabilité du brevet unitaire. Il s'agit d'une nouvelle preuve de confiance dans notre expertise technique et illustre l'excellence des relations développées avec l'UE. Le brevet unitaire est en fait l'accomplissement du brevet européen tel que défini dans la CBE et ce stade ultime était prévu dès l'origine: il s'agira en effet d'offrir une protection uniforme à un brevet délivré centralement.

Dans le même temps, la flexibilité et la gouvernance de notre système permettent à tous les Etats membres de l'OEB, qu'ils participent ou non au brevet unitaire, à être traités sur un même pied d'égalité. C'est un point auquel j'attache la plus grande importance.

Pour conclure, les 40 ans de mise en oeuvre de la Convention sur le Brevet Européen constituent non seulement un succès technique mais aussi un succès européen tant économique que politique.

(Conclusion)

Abschliessend möchte ich betonen, dass das EPÜ durch die Schaffung und den Ausbau des Europäischen Patentamts mit herausragendem Erfolg umgesetzt wurde. Dabei handelt es sich nicht nur um einen technischen Erfolg, sondern auch, und vielleicht vor allem, um einen politischen Erfolg in Europa. Viele von Ihnen, die heute in diesem Saal anwesend sind, haben in dieser Geschichte eine aktive Rolle gespielt. Ihnen gilt, im Namen der Organisation, mein herzlicher Dank.

Danken möchte ich insbesondere den Mitarbeiterinnen und Mitarbeitern des Amts, die über vier Jahrzehnte die vielfältigen Erwartungen und Forderungen erfüllt haben, die die Mitgliedsstaaten unserer Organisation an uns gerichtet haben.

Heute morgen haben wir den ersten Amtspräsidenten, Bob van Benthem, gewürdigt. Seine Witwe, die sich auch heute Nachmittag hier im Publikum befindet, möchte ich noch einmal begrüssen.

Mein Dank und meine Anerkennung gelten ebenfalls meinen großen Vorgängern, die heute anwesend sind: Paul Braendli, Ingo Kober, Alain Pompidou und Alison Brimelow. Sie alle haben die Amtsgeschäfte mit sicherer Hand geführt und sich dabei den verschiedensten politischen, gesellschaftlichen und technischen Herausforderungen gestellt.

Die Herausforderungen, die noch vor uns liegen, sind zahlreich und komplex. Doch angesichts der reichhaltigen Geschichte unserer Organisation bin ich mir sicher, dass das EPA diese Herausforderungen meistern wird, und dass wir mit Zuversicht in die Zukunft blicken können. Ich danke Ihnen für die Teilnahme an unseren Feierlichkeiten und wünsche unserer Organisation ein langes, erfolgreiches Leben.

Quick Navigation