https://www.epo.org/fr/node/therapies

Thérapies

Image
Decorative image

 

L'objectif ultime de la thérapie anticancéreuse est d'éliminer à la fois la tumeur et les cellules cancéreuses circulantes sans nuire aux tissus sains. Malgré les nombreuses thérapies disponibles aujourd'hui, il n'est pas possible d'obtenir une rémission totale pour tous les cancers. La complexité de la maladie rend particulièrement difficile la mise au point de traitements sûrs et efficaces. Les recherches présentées dans cette section illustrent la gamme d'outils à la disposition des oncologues et les approches multimodales qui peuvent être utilisées pour attaquer les cellules cancéreuses, réduire leur propagation et induire une réponse immunitaire systémique anticancéreuse contre la tumeur primitive et les métastases.

Chirurgie

Les ensembles de données suivants concernent les interventions invasives qui visent à éliminer la tumeur solide ou au moins à la réduire. Ils couvrent les documents brevets visant à améliorer la résection de la tumeur sans endommager les tissus environnants ou nuire au patient.

Chirurgie conventionnelle

La chirurgie de haute précision comprend tout type de chirurgie assistée par ordinateur (CAS) avec une planification basée sur l'image et une exécution manuelle ou (semi-)automatique. Elle comprend la mise en correspondance en temps réel des images pré-chirurgicales avec les images en direct afin de guider le chirurgien vers les régions d'intérêt. Des marqueurs peuvent être utilisés pour soutenir la planification ou faciliter l'accès répété.

Chirurgie assistée par ordinateur et robotique

Voir les statistiques

Marqueurs

Voir les statistiques

Corrélation d'images

Voir les statistiques

Traitement par le froid

La thérapie par le froid peut être utilisée pendant l'opération pour protéger les tissus sains et réduire le risque d'effets secondaires. La thérapie par le froid peut également être utilisée pour détruire les cellules cancéreuses en gelant la tumeur et les tissus environnants afin d'assurer une marge de sécurité. Le tissu congelé peut ensuite être retiré par voie chirurgicale.

Utilisation d'une sonde à extrémité ouverte

Voir les statistiques

En combinaison avec un appareil à ultrasons

Voir les statistiques

En combinaison avec la chirurgie d'exérèse conventionnelle

Voir les statistiques

Traitement par le chaud

Le chauffage chirurgical du cancer, également connu sous le nom d'ablation thermique, est un traitement qui utilise la chaleur pour détruire les cellules tumorales. Il peut être réalisé au cours d'une intervention chirurgicale ou en tant que procédure peu invasive. L'utilisation de la chaleur peut également réduire les saignements associés à la chirurgie.

Ablation

Voir les statistiques

Coagulation avec chirurgie d'exérèse conventionnelle

Voir les statistiques

Passage de courant à travers les tissus

Voir les statistiques

Rayonnement électromagnétique

Voir les statistiques

Hyperthermie ultrasonore localisée

Voir les statistiques

Rayonnement électromagnétique

Voir les statistiques

Comprenant une irradiation

Voir les statistiques

Traitement de la coagulation avec un seul instrument

Voir les statistiques

 

Poration cellulaire

Ce traitement contre le cancer peut être réalisé pendant une intervention chirurgicale et utilise des impulsions électriques pour créer des pores dans la membrane cellulaire. Cela permet aux agents thérapeutiques de pénétrer plus facilement dans la cellule et de tuer les cellules cancéreuses.

Électroporation

Voir les statistiques

Poration cellulaire ultrasonore

Voir les statistiques

Radiothérapie

La radiothérapie utilise des rayonnements ionisants pour tuer les cellules cancéreuses en endommageant leur ADN. Le processus de mort des cellules cancéreuses et leur élimination par l'organisme ont lieu quelque temps après l'exposition aux rayonnements ionisants, c'est-à-dire que la mort des cellules cancéreuses n'est pas immédiate. Il existe deux principaux types de radiothérapie en fonction de la manière dont le rayonnement est délivré : les sources de rayonnement sont amenées à proximité des cellules cancéreuses (curiethérapie) ou le rayonnement est dirigé vers les cellules cancéreuses à partir de l'extérieur du corps (radiothérapie externe).

Curiethérapie

Dans la curiethérapie, les sources de rayonnement sont placées à l'intérieur ou à côté de la tumeur. Cela permet de délivrer une plus forte dose de rayonnement aux cellules cancéreuses tout en minimisant les dommages aux tissus sains.

Aspects généraux de la curiethérapie

Voir les statistiques

Délivrée dans les lumières du corps, par exemple les vaisseaux

Radiothérapie intraluminale

Voir les statistiques

Délivrée dans les cavités naturelles du corps ou dans des cavités générées par la chirurgie

Radiothérapie intracavitaire

Voir les statistiques

Délivrée à travers la peau du patient, par exemple à l'aide de dispositifs ressemblant à des aiguilles

Radiothérapie interstitielle

Voir les statistiques

Radiothérapie externe

Dans la radiothérapie externe, des rayons X à haute énergie ou des faisceaux de particules sont dirigés vers la tumeur depuis l'extérieur du corps. La précision de la localisation du faisceau et le contrôle de son intensité sont essentiels pour fournir un traitement efficace qui réduit les dommages aux tissus sains environnants. Les ensembles de données suivants concernent des aspects spécifiques de la radiothérapie externe :

L'irradiation est guidée en temps réel à l'aide d'images médicales

Radiothérapie guidée par image

Voir les statistiques

Adaptation des paramètres de traitement aux modifications de l'anatomie du patient ou aux traitements antérieurs

Radiothérapie adaptative

Voir les statistiques

Modulation de l'intensité du faisceau à l'aide, par exemple, de collimateurs multilames

Radiothérapie à modulation d'intensité (IMRT)

Voir les statistiques

Modulation de l'intensité du faisceau lors du déplacement d'un portique

Arcthérapie avec modulation d'intensité (IMAT)

Voir les statistiques

Utilisation de faisceaux de protons ou d'ions

Radiothérapie utilisant des particules chargées

Voir les statistiques

Les particules sont générées par l'irradiation de la cible par la lumière laser

Génération de faisceaux de particules à l'aide de lasers

Voir les statistiques

Radiothérapie à ultra-haut débit de dose, c'est-à-dire supérieure à 40 grays par seconde

Radiothérapie FLASH

Voir les statistiques

Utilisation d'un isotope tel que le bore 10 pour émettre des particules alpha très localisées (NCT)

Thérapie par capture neutronique

Voir les statistiques

Planification de la radiothérapie avec l'IA

L'ensemble de données suivant concerne l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la planification de la radiothérapie afin d'améliorer la précision, l'efficacité et la cohérence de la planification de la radiothérapie, ce qui se traduit par de meilleurs résultats pour les patients. Les algorithmes d'IA peuvent automatiser et améliorer divers aspects du processus de planification, ce qui permet de réduire considérablement le temps nécessaire à la planification.

L'IA dans la planification de la radiothérapie

Voir les statistiques

Thérapie photodynamique

La thérapie photodynamique est un traitement peu invasif qui utilise la lumière et un photosensibilisateur pour tuer les cellules cancéreuses. Le photosensibilisateur est administré aux cellules cancéreuses, par exemple par injection dans la circulation sanguine ou par application sur la peau. Après son exposition à une lumière d'une longueur d'onde spécifique, il produit des espèces réactives de l'oxygène qui tuent les cellules cancéreuses.

Appareils pour thérapie photodynamique

Voir les statistiques

Hyperthermie

L'hyperthermie est un adjuvant au traitement du cancer et consiste à chauffer les tissus du corps à des températures supérieures aux valeurs physiologiques normales, de l'ordre de 40 à 43°C, qui ne sont pas assez élevées pour détruire directement les cellules. Les appareils d'hyperthermie utilisent des sources d'énergie telles que les ondes radio ou les micro-ondes pour chauffer les cellules cancéreuses. L'hyperthermie est normalement utilisée en association avec (en tant qu'adjuvant de) la radiothérapie et/ou la chimiothérapie.

Appareils pour thérapie hyperthermique

Voir les statistiques

Chimiothérapie classique

Parce qu'elles ont acquis des mutations génétiques, les cellules cancéreuses sont très prolifératives. Une autre conséquence des mutations génétiques est l'absence de contrôle et de réparation des dommages causés au génome. La chimiothérapie cible les cellules à croissance rapide et induit leur mort par nécrose, apoptose ou autophagie, par exemple par l'induction et l'accumulation de dommages à l'ADN ou par l'inhibition de la division cellulaire. Les ensembles de données suivants concernent des classes d'agents de chimiothérapie.

Agents alkylants et apparentés

Moutardes à l'azote

Voir les statistiques

Nitroso-urées

Voir les statistiques

Agents platine

Voir les statistiques

Autres agents alkylants

Voir les statistiques

Agents non alkylants

Agents non alkylants endommageant l'ADN et inhibiteurs de la topoisomérase

Voir les statistiques

Anti-métabolites

Anti-folates

Voir les statistiques

Anti-purines

Voir les statistiques

Anti-pyrimidines et analogues de la cytidine

Voir les statistiques

Agents anti-microtubule

Alcaloïdes de Vinca

Voir les statistiques

Taxanes

Voir les statistiques

Épothilones, auristatine et autres

Voir les statistiques

Thérapie ciblée

Les recherches menées au cours des dernières décennies ont permis d'élucider les voies de signalisation activées par les mutations des cellules cancéreuses qui favorisent la prolifération de ces cellules, la modification de la différenciation (transition épithélio-mésenchymateuse), l'angiogenèse et la dissémination. Les traitements basés sur ces recherches ciblent les gènes, les protéines ou l'environnement tissulaire spécifiques d'un cancer (y compris les vaisseaux sanguins), qui contribuent à sa croissance et à sa survie. Ces traitements sont plus ciblés et entraînent souvent moins d'effets secondaires que la chimiothérapie. Ces ensembles de données couvrent donc les documents brevets relatifs au ciblage de voies spécifiques activées dans les cellules cancéreuses, ce qui conduit finalement à une réduction de la croissance de la tumeur, voire à son éradication.

Inhibiteurs de protéine kinases

Inhibiteurs de récepteurs protéine kinases

Les récepteurs tyrosine kinases (RTK) jouent un rôle essentiel dans la régulation des processus cellulaires tels que la croissance, la différenciation, le métabolisme et la motilité. Les RTK transmettent les signaux extracellulaires au cytoplasme. Les inhibiteurs des récepteurs tyrosine kinases (R-TKI) réduisent la phosphorylation et donc l'activation de leurs substrats et inhibent la prolifération ou la survie des cellules cancéreuses.

Inhibiteurs ALK

Voir les statistiques

Inhibiteurs c-MET

Voir les statistiques

Inhibiteurs HER1-4

Voir les statistiques

Inhibiteurs FGFR

Voir les statistiques

Inhibiteurs PDGFR

Voir les statistiques

Inhibiteurs RET

Voir les statistiques

Inhibiteurs de la famille TAM

Voir les statistiques

Inhibiteurs TRK

Voir les statistiques