Prix de l'inventeur européen

Contact

Office européen des brevets


Direction Communication Externe

european-inventor@epo.org
Tel: +49 (0)89 2399 1830

Fax: +49 (0)89 2399 1835

Autres inventeurs nominés dans cette catégorie

James G. Fujimoto, Eric A. Swanson and Robert Huber (USA, Germany)


Adnane Remmal (Morocco)


 

Waleed Hassanein (États-Unis)

Finaliste du Prix de l’inventeur européen 2017

Waleed Hassanein (États-Unis)

Catégorie : Pays non membres de l'OEB 

Secteur : Technologie médicale

Société : TransMedics

Numéro de brevet : EP1768490

Invention: Soutenir la transplantation d'organes

Dans le monde, des centaines de milliers de personnes sont en attente des organes des donneurs qui peuvent leur sauver la vie. Souvent, les organes n'arrivent pas à atteindre leurs receveurs parce que les technologies disponibles limitent la durée de conservation des greffons à l'extérieur du corps. L'OCS (Organ Care System), développé par le chirurgien cardiaque américain Waleed Hassanein, permet de préserver plus longtemps les fonctionnalités des organes et garantit des taux plus élevés de réussite de la transplantation.

hassanein-top-visualDéployé en clinique depuis 2007, l'OCS remplace la technique d'ischémie froide âgée de plusieurs décennies. L'ischémie froide consiste à asperger l'organe fraîchement retiré du donneur avec une solution froide et stérilisée pour en retirer tout le sang avant de l'envelopper dans de la glace. Le processus permet de prévenir la mort de l'organe de quelques heures. Le système de Waleed Hassanein préserve l'organe à l'extérieur du corps humain en maintenant ses fonctions vitales.

Waleed Hassanein a commencé à travaillé à sa future découverte lorsqu'il était physicien résident à l'université de Georgetown au début des années 1990. Frustré par la perte potentielle des organes des donneurs lors du stockage frigorifique, il fait des expériences en les conservant dans un environnement tiède enveloppé dans du sang riche en nutriments. Ses résultats ont servi de base à l'OCS qui non seulement maintient la vie des organes sans perte de fonctionnalités, mais permet également aux cliniciens de contrôler les dommages sur les organes pendant le stockage voire même de traiter les infections à l'extérieur du corps. Développé à l'origine pour le stockage du cœur humain, l'OCS est désormais disponible pour les poumons et le foie, et il a déjà été utilisé dans plus de 800 transplantations réussies à travers le monde.

Bénéfices pour la société

Cette invention a le potentiel d'améliorer considérablement les perspectives pour les patients nécessitant des dons d'organes. Selon l'United Network for Organ Sharing, toutes les 10 minutes aux États-Unis une personne supplémentaire s'ajoute à la liste d'attente des receveurs et 22 personnes meurent chaque jour en attente d'une transplantation. Dans les pays européens, ainsi qu'en Islande, Norvège et Turquie, environ 86 000 patients étaient inscrits sur des listes d'attente d'organes en 2013. Étant données les limites du stockage frigorifique, les experts estiment que globalement, 60% à 65% des cœurs donnés ne peuvent pas être utilisés pour les opérations de transplantation.

L'OCS augmente le fonds des organes disponibles de trois manières. D'abord, il prolonge la durée de vie d'un organe en route vers un receveur. Alors que la limite du stockage frigorifique des cœurs est de quatre heures, des cœurs stockés dans l'OCS ont pu être transplantés avec succès au bout de onze heures. Ensuite, l'OCS permet aux médecins de surveiller et d'évaluer la santé de l'organe donné à l'extérieur du corps, ce qui est impossible avec l'ischémie froide. Enfin, l'OCS peut recevoir les organes de patients dont le cœur a cessé de battre, ce qui augmente le fonds de 25% au Royaume-Uni.

Avantages économiques

L'adoption générale de l'OCS pourrait permettre de créer une réseau intégral de stockage des organes entre les donneurs, les cliniques et les receveurs. Actuellement, la plateforme technologique de l'OCS - comprenant les systèmes OCS Lung (poumon), OCS Heart (coeur) et OCS Liver (foie) - porte le marquage CE en Union européenne et est approuvée en Australie et au Canada, tandis que l'approbation de la FDA est en cours au États-Unis. Le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) britannique a franchi le premier pas en approuvant officiellement en 2016 le système OCS Heart pour une utilisation clinique.

Afin de commercialiser ses inventions brevetées, Waleed Hassanein a créé en 1998 la start-up TransMedics basé au Massachusetts. À ce jour, cette entreprise a reçu quelque 280 millions d'euros de capital-risque et de capital-investissement et emploie 70 personnes.

Remplaçant la norme de stockage frigorifique âgée de plusieurs décennies, le système de Waleed Hassanein a le potentiel de revigorer le marché des solutions de conservation des organes. Actuellement estimé à 56,7 millions par les analystes du Transparency Market Research, ce marché est destiné à tripler de volume au cours des prochaines années, dépassant les 189 millions d'euros en 2019.

  • hassanein-gallery1

    Waleed Hassanein et l'Organ Care System (OCS)

  • hassanein-gallery2

    Waleed Hassanein

  • hassanein-gallery3

    Waleed Hassanein

  • hassanein-gallery4

    Waleed Hassanein

  • hassanein-gallery5

    Waleed Hassanein


Comment ça marche ?

De la taille d'un petit réfrigérateur domestique, l'OCS peut être glissé dans une ambulance. Il reproduit les fonctions humaines et alimente continuellement l'organe donné en sang chaud et oxygéné à l'aide d'un système de perfusion. L'organe est stocké à l'intérieur du module de perfusion du système : une chambre stérile transparente à température contrôlée, dont la forme permet d'accueillir des cœurs, des poumons ou des foies. Cette chambre simule les fonctions du corps humain à travers un moteur à pompe et un système de ventilation.

Un tissu de capteurs ultrasoniques non invasifs surveillent les paramètres critiques, tels que la pression sanguine, la circulation sanguine et la concentration des globules afin de maintenir l'organe en état pendant le transport. Une solution complète transmet à l'organe les nutriments et les substrats essentiels.

L’inventeur

Waleed Hassanein est né en 1968 dans une banlieue du Caire. Grandissant à proximité de l'aéroport, son premier projet est de devenir pilote d'avion. Mais la tradition familiale - il fait partie d'une famille de physiciens - l'oriente vers une carrière médicale.

Il déménage à Londres pour ses études avant de rejoindre l'université du Caire pour trois ans de formation médicale. En 1990, il part vivre aux États-Unis - il est désormais citoyen américain - et obtient son doctorat de médecine à la School of Medicine de l'université de Georgetown, Washington DC, en 1993.

Après deux ans de résidence au Medical Center de l'université de Georgetown, il rejoint Boston de 1995 à 1998 pour une bourse de recherche en chirurgie cardiothoracique au VA Medical Center de Brigham et West Roxbury. En 1998, il fonde TransMedics pour lancer le concept entièrement nouveau de « transplantation d'organes vivants ». Aujourd'hui, Waleed Hassanein est PDG de TransMedics.

Le saviez-vous ?

Dans la vision à long terme de Waleed Hassanein en matière de plateforme technologique brevetée, le maintien en vie ex vivo (à l'extérieur du corps) des organes des donneurs n'est que la première étape avant une série d'autres applications. Pour l'avenir, l'inventeur pense que la technologie de l'OCS a le potentiel de déverrouiller la chimiothérapie ex vivo, la thérapie génétique et la médecine régénérative sur des organes isolés. Ce qui signifie que les médecins pourraient travailler à la réparation des organes à l'extérieur du corps sans aucun risque quant aux effets secondaires causés par des traitements agressifs comme la chimiothérapie.

Cette invention n'est pas la seule approche futuriste de la réparation des organes à être nominée pour le Prix de l'inventeur européen de cette année. Dans la catégorie Recherche, Hans Clevers et son équipe du Medical Center de l'université d'Utrecht ont lancé pour la première fois des « organoïdes ». Tandis que ces versions miniatures des organes réels servent actuellement à tester les médicaments, il est envisagé pour l'avenir d'obtenir des organes indépendants de taille réelle créés à partir des cellules souches du patient.

Quick Navigation