Prix de l'inventeur européen

Une nouvelle forme de silicium ouvre des perspectives en dehors du secteur de la haute technologie

De tous les matériaux indispensables à l'industrie de pointe, le silicium est sans doute le plus important. Des ordinateurs aux téléphones en passant par les radios, les semi-conducteurs utilisant le silicium sont les éléments moteurs de la technologie.

Pourtant, son plein potentiel était inconnu jusqu'à une série de découvertes capitales de l'inventeur britannique Leigh Canham au cours des deux dernières décennies. Il a non seulement développé une méthode peu onéreuse pour fabriquer du silicium poreux (pSi), mais aussi découvert la biodégradabilité et la biocompatibilité du pSi, offrant des possibilités d'utiliser le silicium dans un grand nombre de nouveaux secteurs et applications. 

Canham a ensuite réussi à créer une nouvelle forme nanostructurée de pSi appelée BioSilicon, qui présente une structure de nid d'abeille constituée de nano-alvéoles. Il est possible de remplir ces alvéoles de médicaments, de gènes, de protéines, de peptides, de radionucléides et d'autres substances thérapeutiques ou de vaccin. Les professionnels de la médecine peuvent aussi exploiter les propriétés semi-conductrices du BioSilicon pour dissoudre les nano-alvéoles à une vitesse déterminée et libérer de manière efficace le médicament sur un rythme journalier, mensuel, voire annuel. 

L'application des travaux de Canham la plus prometteuse est jusqu'à présent le BrachySil, un nouveau traitement contre le cancer du pancréas. Il s'agit d'une nouvelle forme de brachythérapie, ou radiothérapie interne, qui agit en complément de la chimiothérapie. Le BrachySil a passé avec succès les essais de phase II, et ses essais de phase III (essais finaux avant la mise sur le marché) sont programmés. Jusqu'à aujourd'hui, le BrachySil a provoqué un taux de réaction de 100% sur les tumeurs pancréatiques traitées. Dès 2006, pSivida prévoyait un marché global de 600 millions de dollars par an pour cette application, avec une croissance ultérieure atteignant le milliard de dollars.

Pour son travail novateur d'utilisation du pSi dans des domaines variés comme les médicaments à libération contrôlée, le traitement ciblé des cancers, l'ingénierie des tissus et la confection de produits cosmétiques et médicaux améliorés, Canham a été sélectionné pour le Prix de l'inventeur européen 2011 dans la catégorie petites et moyennes entreprises (PME). Ce prix sera décerné le 19 mai à Budapest lors d'une cérémonie. 

L'exploitation d'un potentiel mal identifié

La voie vers la découverte totale des propriétés du pSi a été ouverte en 1986. Cette année-là, Canham s'est penché sur le potentiel semi-conducteur du silicium nanostructuré et a commencé à travailler sur ses propriétés électroluminescentes. Sa première découverte majeure, qui lui a permis d'attirer l'attention mondiale sur le pSi, date de 1990 lorsqu'il a réussi à structurer le semi-conducteur pour qu'il émette de la lumière rouge, orange, jaune et verte.

Il a poursuivi cet exploit au cours des années 1995 en découvrant les propriétés biodégradables et biocompatibles (c'est-à-dire non-toxiques) du pSi, ouvrant ainsi la voie à de nombreuses nouvelles applications, notamment dans le domaine médical et dans celui des médicaments en vente libre.

Le pSi a été découvert par hasard en 1956, lorsque des scientifiques ont tenté de polir les surfaces de deux semi-conducteurs : le germanium et le silicium. Leur expérience a failli échouer en raison d'une pellicule sombre et épaisse située à la surface des deux matériaux, mais l'équipe a fini par retirer cette pellicule et a pu continuer son travail... loin de se douter qu'elle venait de franchir la première étape dans la découverte du pSi.

Mise sur le marché

Afin de trouver de nouvelles applications médicales au pSi, Canham a contribué à la fondation de pSiMedic Ltd. dont il est devenu le responsable scientifique pour la supervision de deux produits : le BioSilicon et le Durasert.

Le Durasert, second produit de Canham, est une technologie utilisant les polymères pour les médicaments à libération contrôlée, qui offre de nouvelles opportunités aux industries médicales.

L'entreprise pSiMedic Ltd. de Canham est ensuite devenue une filiale de pSivida Corporation, entreprise au résultat net consolidé de 8,8 millions de dollars en 2010, présente sur les cinq continents. 

C'est pour fonder IntrinsiQ Materials, qui se consacre aux nouvelles étapes de développement du pSi dans les domaines de la nutrition et des médicaments en vente libre, que Canham a quitté pSiMedic Ltd.  

A l'aube d'une avancée majeure 

pSivida a jusqu'à aujourd'hui réussi à négocier des accords de licence pour l'utilisation du Durasert avec Bausch & Lomb, l'un des principaux fournisseurs au monde de produits de santé oculaires, ainsi qu'un contrat de 203 millions de dollars australiens avec le géant de l'industrie pharmaceutique Pfizer. Bien qu'un contrat similaire n'ait pas encore été conclu pour le BioSilicon, la technologie pSi suscite un vif intérêt dans les secteurs du matériel médical et de l'électronique. Dans le même temps, l'industrie prend en charge les dépenses liées aux essais cliniques réalisés avec les produits d'IntrinsiQ Materials. 

Le potentiel de tous les produits pSi de Canham est élevé, notamment en ce qui concerne les médicaments à libération contrôlée et le BrachySil, nouveau traitement contre le cancer du pancréas, qui s'appuie sur les travaux de Canham. L'efficacité de ce traitement, alliée à son caractère indolore et très peu agressif, pourrait transformer la manière de traiter généralement le cancer. 

Un large éventail d'applications 

En plus de ses applications médicales, le pSi mis au point par Canham est également étudié pour être utilisé en tant qu'abrasif dans le dentifrice, dont le marché global devrait atteindre les 12,6 milliards de dollars en 2010. Les vitamines, avec un marché international prévu à 3,3 milliards de dollars en 2015, constituent un autre nouveau secteur d'application du pSi. Pour couronner le tout, le pSi est aussi à l'étude pour une utilisation éventuelle dans le chewing-gum. 

Mais la technologie inventée par Canham n'est pas uniquement développée par son entreprise IntrinsiQ Materials et par pSivida. La licence en a aussi été accordée à Beijing Med-Pharma afin de développer le BrachySil pour le marché chinois et à Aion Diagnostics pour un développement sur le marché du diagnostic médical.

Quick Navigation