Quatrième révolution industrielle

Image illustrating a smart city: buildings with connecting lines

Le déploiement massif de l'Internet des objets - cette foule d'objets du quotidien connectés à Internet et entre eux - nous conduit à une quatrième révolution industrielle (4RI). L'on estime que d'ici 2025, 26 à 30 milliards d'appareils dans les foyers et sur les lieux de travail seront équipés de capteurs, de processeurs et de logiciels intégrés, et connectés à l'Internet des objets.

Ces objets peuvent fonctionner de manière autonome grâce aux données qu'ils recueillent ou échangent entre eux. Une fois combinés à d'autres technologies, telles que l'informatique en nuage (cloud computing) et l'intelligence artificielle, ils permettent d'automatiser des processus métier entiers, y compris des tâches intellectuelles répétitives auparavant réalisées par des êtres humains. Les objets autonomes ont déjà un impact sur un grand nombre de secteurs, des industries manufacturières à l'agriculture, en passant par la santé et le transport. Cependant, les changements les plus profonds restent encore à venir.

Une étude de l'OEB confirme l'essor des technologies de la 4RI

En décembre 2017, l'OEB a présenté une étude menée en coopération avec le Handelsblatt Research Institute, qui analyse cette tendance technologique de fond que l'on observe actuellement dans de nombreux domaines techniques.

Cette étude s'appuie sur les dernières informations brevets disponibles pour analyser les tendances en matière d'innovation qui annoncent la quatrième révolution industrielle. Toutes les demandes de brevet européen relatives à des objets autonomes déposées jusqu'en 2016 ont été recensées. Ces inventions de la 4RI ont été classées dans un ou plusieurs des trois principaux secteurs suivants, lesquels sont à leur tour subdivisés en plusieurs domaines technologiques :

  • les technologies de base (matériel, logiciel et connectivité), qui permettent de transformer tout objet en appareil intelligent et connecté ;
  • les technologies complémentaires (analyse, sécurité, intelligence artificielle, localisation, alimentation électrique, systèmes 3D, interfaces utilisateurs) qui sont utilisées en combinaison avec les objets connectés ;
  • les domaines d'application (domicile, sphère personnelle, entreprise, fabrication, infrastructure, véhicules) dans lesquels le potentiel des objets connectés peut être exploité.

À propos de l'information brevets

Les brevets ne sont pas secrets. En échange de droits exclusifs limités, toutes les demandes de brevet sont publiées, divulguant les détails techniques des inventions qu'elles contiennent.

Les bases de données de brevets contiennent par conséquent les informations techniques les plus récentes, dont une grande partie n'est accessible par aucune autre source. Ces informations sont accessibles à tous à des fins de recherche. La base de données gratuite Espacenet de l'OEB contient plus de 110 millions de documents provenant de plus de 100 pays. Elle est dotée d'un outil de traduction automatique dans 32 langues.

L'information brevets est un indicateur précoce des évolutions technologiques qui transforment l'économie. Elle révèle la manière dont l'innovation oriente la quatrième révolution industrielle.  

Principales conclusions

L'innovation liée à la 4RI est en plein essor

Pour la seule année 2016, plus de 5 000 demandes de brevet ont été déposées auprès de l'OEB pour des inventions relatives à des objets autonomes. Ces trois dernières années, le taux de croissance des demandes de brevet liées à la 4RI a été de 54 %, ce qui est nettement supérieur au taux de croissance global atteint au cours de cette période (7,65 %). Jusqu'à présent, c'est dans le secteur de la connectivité et les domaines d'application "sphère personnelle" et "entreprise" que le plus grand nombre de demandes de brevet a été enregistré, tandis que les domaines affichant la croissance la plus forte ont été les systèmes 3D, l'intelligence artificielle et les interfaces utilisateurs.

Nombre de demandes de brevet liées à la 4RI qui ont été déposées auprès de l`OEB (1991-2016)

L'Europe, les États-Unis et le Japon sont en tête, mais la Chine et la Corée progressent rapidement

L'Europe (CBE), les États-Unis (US) et le Japon (JP) ont été les principaux centres d'innovation en 2016. Cependant, l'innovation liée à la 4RI a progressé plus rapidement en République de Corée (KR) et en Chine (CN) ces dernières années. Dans ces deux pays, l'innovation liée à la 4RI se concentre fortement sur un petit nombre d'entreprises.

Origine géographique des inventions liées à la 4RI (2011-2016)

En Europe, l'Allemagne et la France sont en pointe

En Europe, l'Allemagne (DE) et la France (FR) sont à la pointe de l'innovation en ce qui concerne la 4RI. L'Allemagne se démarque dans les domaines d'application "véhicules", "infrastructure" et "fabrication", tandis que la France est en tête dans les technologies complémentaires telles que l'intelligence artificielle, la sécurité, les interfaces utilisateurs et les systèmes 3D. Viennent ensuite le Royaume-Uni (GB) et d'autres pays européens comme la Suède (SE), la Suisse (CH), la Finlande (FI) et les Pays-Bas (NL).

4RI : les principaux demandeurs de brevets opèrent dans différents secteurs

Vingt entreprises, la plupart situées en Asie, représentent 42 % de toutes les demandes de brevet liées à la 4RI qui ont été déposées auprès de l'OEB entre 2011 et 2016. L'innovation dans les technologies de base est soutenue principalement par un petit nombre de grandes entreprises axées essentiellement sur les technologies de l'information et de la communication (TIC). Les inventions dans les technologies complémentaires et les domaines d'application sont moins concentrées, et les principaux demandeurs dans ces domaines proviennent d'un plus large éventail de secteurs industriels.

4RI : les 20 principaux demandeurs de brevets auprès de l’OEB (2011-2016)

Quick Navigation