L'OEB lance un partenariat renforcé avec l'Éthiopie

1er juillet 2019

Le directeur général de l'EIPO, Ermias Yemanebirhan, et le directeur général de l'Institut éthiopien d'innovation technologique, Sandokan Debebe, pendant leur visite à l'OEB, à Munich.



Après la signature, au mois d'avril, d'un protocole d'accord relatif à un partenariat renforcé avec l'Éthiopie, le Président de l'OEB, António Campinos, et le directeur général de l'EIPO (Office éthiopien de la propriété intellectuelle), Ermias Yemanebirhan, ont signé le premier programme de travail biennal pour la période 2019-2021, à l'occasion d'une visite d'une délégation éthiopienne de haut niveau la semaine dernière à Munich. C'est la deuxième fois que l'OEB, qui avait signé un accord similaire avec l'Afrique du Sud l'année dernière, conclut un tel partenariat avec un État non membre."

Je suis très heureux de lancer ce vaste programme de coopération avec l'Éthiopie, une des économies les plus dynamiques d'Afrique", a annoncé le Président de l'OEB, António Campinos. "En travaillant ensemble, nous pourrons poursuivre le développement du système éthiopien des brevets, au profit des entreprises locales et de nos utilisateurs du monde entier. Le fait d'assurer un examen des brevets efficace et de haute qualité vise en définitive à stimuler l'innovation et le développement économique, ainsi qu'à soutenir le commerce et l'investissement bilatéral entre l'Éthiopie et l'Europe", a-t-il déclaré.

"Je me réjouis de signer ce programme de travail biennal, car il s'agit d'une étape importante pour l'EIPO, qui s'efforce d'améliorer et de moderniser le système éthiopien des brevets et d'intégrer le pays dans le système international de PI, afin de favoriser l'innovation locale et les transferts de technologie", a expliqué le directeur général de l'EIPO, Ermias Yemanebirhan.

Le programme de partenariat renforcé avec l'Éthiopie vise à aider ce pays à développer un écosystème d'innovation dynamique au niveau national et à moderniser son système de PI pour attirer les investissements étrangers et promouvoir les transferts de technologie. Dans le cadre du protocole d'accord, l'OEB aidera l'EIPO, ces cinq prochaines années, à développer les capacités locales pour traiter avec efficacité les demandes de brevet national, à l'aide des produits, des outils et des normes de travail de l'OEB. Les deux offices sont également convenus d'examiner la possibilité de conclure un accord de validation qui permettrait aux demandeurs de brevet de valider les demandes de brevet européen et les brevets européens en Éthiopie, et contribuerait à préparer le pays à rejoindre le système mondial des brevets. De plus, les deux offices créeront une plateforme de coopération destinée aux parties prenantes et aux acteurs de l'innovation des deux régions pour faciliter la collaboration.

Avec quelque 105 millions d'habitants, l'Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique et l'une des économies les plus dynamiques du continent, enregistrant un taux de croissance du PIB à deux chiffres ces dernières années. Un grand nombre d'entreprises européennes (et de demandeurs auprès de l'OEB) ont annoncé leur intention d'entreprendre des activités dans ce pays. D'après le rapport sur l'investissement dans le monde de la CNUCED, l'Éthiopie a attiré, au cours de l'exercice clos en juillet 2018, plus de 4 milliards de dollars en investissements directs étrangers (IDE) provenant de 156 grandes entreprises, ce qui représente une hausse de 46 % et fait de l'Éthiopie l'un des pays les plus performants en termes d'entrées d'IDE.

La coopération de l'OEB avec des États non membres extra-européens est appelée à croître ; plusieurs grands offices de PI d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine se sont dits intéressés de rejoindre le programme de partenariat renforcé dans un avenir proche.

Concernant l'EIPO

'Office éthiopien de la propriété intellectuelle (EIPO) a son siège à Addis-Abeba et emploie 200 agents chargés de fournir une protection de PI appropriée pour les droits de PI en Éthiopie, ce qui favorise l'émergence de nouvelles idées dans les domaines technologique, commercial et culturel. L'EIPO s'efforce également de faciliter la commercialisation des actifs de PI, faisant ainsi de la PI un outil de développement stratégique dans ce pays. À cet effet, l'EIPO mène diverses activités pour améliorer les services qu'il propose, comme la bureautique, le lancement d'un système de dépôt en ligne, ainsi que la préparation de l'adhésion à la Convention de Paris, au Protocole de Madrid et au Traité de coopération en matière de brevets.

Concernant l'OEB

Avec quelque 7 000 agents, l'Office européen des brevets (OEB) est l'une des plus grandes institutions publiques européennes. Son siège est à Munich et il dispose de bureaux à Berlin, Bruxelles, La Haye et Vienne. L'OEB a été créé avec pour objectif de renforcer la coopération sur les brevets en Europe. Grâce à sa procédure centralisée de délivrance de brevets, les inventeurs peuvent obtenir une protection par brevet de haute qualité dans non moins de 44 pays, couvrant un marché de quelque 700 millions de personnes. L'OEB est également la référence mondiale en matière d'information brevets et de recherche sur les brevets.

Concernant le partenariat renforcé

Le programme de partenariat renforcé de l'OEB vise à établir des partenariats à long terme avec certains États non membres dans des domaines stratégiques et techniques d'intérêt mutuel en matière de brevets. L'objectif de ce programme est d'harmoniser et de consolider encore le système mondial des brevets en étendant le réseau d'offices partenaires qui améliorent leurs capacités, leur productivité et la qualité par l'utilisation systématique des produits, des outils et des normes de travail de l'OEB. Ce programme aide également les offices partenaires à soutenir les acteurs locaux de l'innovation en fournissant des services améliorés et en assurant l'examen efficace et ponctuel des premiers dépôts nationaux.

Informations supplémentaires

Quick Navigation