Koen Andries, Jérôme Guillemont, Imre Csoka, Laurence F.F. Marconnet-Decrane, Frank C. Odds, Jozef F.E. Van Gestel, Marc Venet, Daniel Vernier (Belgique, France, Royaume Uni)

Lauréats du prix d'inventeur européen 2014 dans la categorie industrie

Koen Andries

Catégorie : industrie

Secteur: produits pharmaceutiques

Société : Janssen Pharmaceutica (Johnson & Johnson)

Brevet : EP1527050

Invention: médicament contre la tuberculose multirésistante

Non seulement la tuberculose tue toujours 2 millions de personnes par an, mais le micro-organisme responsable de cette hécatombe devient de plus en plus résistant aux médicaments existants. Le chercheur belge Koen Andries et son équipe ont mis au point un nouvel antituberculeux hautement actif, la bédaquiline, qui s'attaque à l'approvisionnement énergétique de la bactérie.

TB medicine

L'invention porte sur un composé chimique dénommé à l'origine "R207910", puis rebaptisé "bédaquiline". Comme traitement de première intention contre la tuberculose, la molécule s'est révélée être un inhibiteur efficace de la croissance mycobactérienne. La bédaquiline élimine aussi la tuberculose multirésistante (TBMR), dont 500 000 cas nouveaux ont été recensés de par le monde en 2012.

Les antituberculeux existants s'attachent à ralentir la reproduction de la bactérie afin de faire baisser petit à petit le niveau infectieux. Premier antituberculeux véritablement nouveau depuis 40 ans, la bédaquiline tue la cellule bactérienne en paralysant son approvisionnement en énergie. Ce mécanisme inédit fait de la bédaquiline, en plus de son action rapide, une arme redoutable contre la TBMR.


Impact social

La tuberculose sévit sans relâche à travers le monde, avec 8,6 millions de cas nouveaux et 1,3 millions de décès en 2012, dont 95% dans les pays en voie de développement. Même ayant accès aux médicaments conventionnels, maints patients arrêtent de les prendre dès que les premiers symptômes de la maladie s'atténuent. Mener le traitement à terme est pourtant indispensable pour éviter les résistances et les rechutes. Le nouveau médicament raccourcit le traitement d'environ 40 jours : les patients peuvent plus facilement respecter la durée prescrite.

Impact économique

En plus des conséquences liées aux décès, la tuberculose peut affecter l'économie de régions entières. Dans les zones d'endémie, surtout dans les pays les plus pauvres, elle peut aussi paralyser le rendement économique, les malades ne pouvant plus travailler normalement ou quittant le marché du travail au fur et à mesure que leur santé se détériore.

La perte de productivité pour les pays en voie de développement pourrait atteindre 3 trillions de dollars, à en croire l'Alliance mondiale pour le développement de médicaments antituberculeux. Les médicaments existants permettent de traiter les infections simples en 6 mois, mais les cas plus réfractaires peuvent exiger jusqu'à 20 mois. Commercialisé sous l'appellation Sirturo, le nouveau médicament mis au point par Koen Andries et son équipe est 25% plus efficace que les traitements classiques pour éradiquer la tuberculose chez les patients atteints, et huit semaines seulement sont nécessaires à la guérison.

  • Koen Andries and Jérôme Guillemont

    Koen Andries et Jérôme Guillemont

  • Jérôme Guillemont

    Jérôme Guillemont

  • Koen Andries

    Koen Andries

  • Medical magazines and TB medicine
  • Jérôme Guillemont and Koen Andries

    Jérôme Guillemont et Koen Andries

  • Koen Andries

    Koen Andries


Mode d'action

Tandis que les médicaments usuels contre la TB ou la TBMR ralentissent la reproduction de Mycobacterium tuberculosis en attaquant sa paroi cellulaire ou son ARN, la bédaquiline est la première molécule à cibler le métabolisme microbien. La bédaquiline inhibe l'enzyme de synthèse de l'ATP ou adénosine 5'-triphosphate indispensable à l'approvisionnement en énergie de la mycobactérie.

Cet inhibiteur de l'ATP-synthase anéantit plus rapidement le microbe pathogène en interrompant son cycle énergétique. N'étant apparentée à aucune des molécules vis-à-vis desquelles la tuberculose a développé des résistances, la bédaquiline est également plus efficace contre les souches multirésistantes.

Inventeur

Microbiologiste, porteur d'un doctorat en médecine vétérinaire, Koen Andries commença sa carrière dans la recherche sur les viroses animales. En 2001, un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé faisant état de la progression inexorable et de plus en plus imprévisible de la tuberculose l'incita à se recentrer sur la médicine humaine. Associé au chimiste français Jérôme Guillemont, il se mit à la recherche d'un remède contre la tuberculose.

Professeur émérite à l'Université d'Anvers, Koen Andries éplucha, avec l'aide de son équipe, la chimiothèque de son employeur Janssen Pharmaceutica, dont le siège est situé dans la commune belge de Beerse, en région flamande. Après avoir testé des milliers de composés chimiques et leurs combinaisons, les chercheurs concentrèrent leurs efforts sur la molécule de la famille des quinolines qui allait servir de base au nouveau médicament.

Le saviez-vous ?

L'homologation d'un nouveaux médicament est un parcours du combattant qui peut s'étendre sur des années, mais vu l'efficacité sans précédent de la bédaquiline, la FDA (agence américaine du médicament) en a accéléré l'approbation en 2013. D'autres pays, dont l'Allemagne, ont également prévu une mise sur le marché accélérée. Ces procédures d'exception illustrent l'importance accordée à ce nouveau médicament dans la lutte mondiale contre la tuberculose.

Quick Navigation