Tue Greenfort

Greenfort (JPG)Regen I, 2008
Bandes indicatrices de pH, pluie
70 x 100 cm
(c) Tue Greenfort; courtesy Galerie Johann König, Berlin; Alexis Zavialoff

Les bandes de papier en spirales font à première vue penser à des serpentins, au carnaval, à des fêtes joyeuses. Mais comme souvent, Tue Greenfort (*1973 Holbæk, DK) casse cette première impression. En effet, sur ces bandes, on peut lire le taux d'acidité de la pluie qui se traduit par la coloration de la bande indicatrice de pH. Greenfort continue de s’interroger sur la destruction de notre environnement, sur le peu de cas que nous faisons des problèmes environnementaux et de la pénurie des matières premières. Ses commentaires sur le comportement des civilisations occidentales sont souvent marqués par un humour à double fond. Greenfort, dont le site berlinois de l’OEB possède également une autre œuvre, Partitur einer Fliege (Spur), 2004, fait intervenir ces serpentins qui se répandent joyeusement à titre d’avertissement, puisqu’ils sont une traduction visuelle des pluies dites acides. Comme dans beaucoup d’autres de ses œuvres, l’enjeu de ces interventions artistiques est de signaler de façon explicite la destruction de notre espace vital, dont nous sommes les premiers responsables.

Tue Greenfort (DK) - Regen 2, 2008 Regen II, 2008
(c) Tue Greenfort; photo: Courtesy Galerie Johann König, Berlin; photo: Alexis Zavialoff



Tue Greenfort (DK) - Regen 3, 2008Regen III, 2008
(c) Tue Greenfort; photo: Courtesy Galerie Johann König, Berlin; photo: Alexis Zavialoff



Tue Greenfort (DK) - Partitur einer Fliege (Spur), 2004 Partitur einer Fliege (Spur), 2004
(c) Tue Greenfort; photo: Courtesy Galerie Johann König, Berlin; photo: Alexis Zavialoff
Vue du détail



Tue Greenfort (DK) - Regen 1, 2008, Carsten Höller (DE) - Birds, 2006Tue Greenfort - Regen I, 2008, Carsten Höller - Birds, 2006
(c) Tue Greenfort; VG Bildkunst, Bonn 2015



Tue Greenfort (DK) - Regen 1 und 2, 2008; Partitur einer Fliege, 2004Tue Greenfort - Regen I et II, 2008; Partitur einer Fliege, 2004
(c) Tue Greenfort



Vers la liste des artistes

Quick Navigation