Prix de l'inventeur européen

Les Européens fixent une norme d’excellence pour le marché des implants dentaires dans le monde

Mordre à pleines dents et arborer un sourire de gagnant scorrespond à un gros secteur d'activité en Europe, le marché européen représentant 42 % du marché mondial des implants dentaires. Il est dominé par une demi-douzaine de sociétés et évalué à 2,2 milliards d'euros ; les analystes lui prêtent un gros potentiel de croissance, en particulier au d'une sensibilisation accrue et des revenus importants que la génération des baby-boomers est prête à investir dans les nouvelles prothèses dentaires.

L'inventeur Per-Invgar Brånemark est situé au cœur de ce marché et est nominé dans la prestigieuse catégorie Oeuvre d'une vie pour la remise du Prix de l'inventeur européen 2011 lors d'une cérémonie organisée à Budapest le 19 mai prochain.

L'inventeur suédois est ainsi distingué pour avoir révolutionné la technologie des implants dentaires. Avant l'invention de Brånemark, l'édentulisme (appellation scientifique de la perte des dents) dégradait sensiblement la qualité de vie de nombreuses personnes. La perte des dents, effet du vieillissement, de la maladie, d'une hygiène buccale insuffisante ou de traumatismes physiques, avait souvent de graves conséquences faute de traitement, des séquelles aussi diverses que les graves défigurations esthétiques et la difficulté et l'incapacité de mâcher - pouvant être à l'origine d'autres problèmes de santé résultant d'une altération des habitudes alimentaires.

Le charme du lapin de Brånemark

En 1952, Brånemark a eu vent d'une expérience menée à l'Université de Cambridge, lors de laquelle des chercheurs ont réussi à poser une chambre en titane dans la partie molle de l'oreille d'un lapin. Contrairement à toute attente, le titane n'a provoqué aucun rejet.

Poussé par l'intuition que les tissus humains également ne rejetteraient pas le titane, Brånemark a commencé à réaliser ses propres expériences. En 1965, plus d'une décennie après avoir eu vent de l'expérience conduite à Cambridge, il a considérablement atténué les effets de l'édentulisme en réussissant sa première pose d'implants en titane sur un patient humain. Aucune réaction négative n'a été constatée ; au contraire, le titane a intégré sans problème les tissus vivants.

Brånemark n'a jamais regardé en arrière : l'inventeur suédois a continué de peaufiner son approche devenue la norme d'excellence en matière d'implants dentaires dans le monde - méthode qu'il a surnommée « ostéointégration » (du latin « os »).

Selon Brånemark, l'ostéointégration a ceci de particulier que le titane s'unit avec l'os et la moelle à l'échelle nanométrique de sorte qu'il est impossible de les désunir sans violence. Phénomène d'autant plus frappant qu'il se produit également chez les patients de 90 ou 100 ans.

Vers la commercialisation des implants

En 1978, 13 ans après la première implantation réussie de Brenemark sur un être humain, l'approbation par les autorités sanitaires suédoises de l'utilisation clinique de cette méthode a marqué la première étape de la réussite commerciale de son invention.

En collaboration avec Brånemark, l'entreprise d'armement suédoise Bofors AB a commencé à commercialiser la technologie dentaire approuvée et a lancé Nobelpharma AB (aujourd'hui Nobel Biocare) en 1981 comme filiale proposant des solutions de soins dentaires sur la base des technologies brevetées de l'inventeur.

Apparition d'un leader sur le marché mondial

L'invention de Brånemark et d'autres travaux de développement en matière d'ostéointégration ont directement contribué au succès de Nobel Biocare en tant que leader sur le marché mondial. Son brevet est le premier pour ce type de technologie. Depuis lors, plus de 57 familles de brevets - brevets délivrés concernant la même invention mais appliqués dans différents pays - ont été déposées par l'inventeur.

Les implants en titane pour lesquels Brenemark a joué un rôle de pionnier représentent aujourd'hui la méthode standard d'implantologie dentaire, avec un taux de réussite impressionnant de 90-95 % sur les deux premières années après l'intervention chirurgicale, taux qui reste remarquable (98 %) sur leur durée de vie moyenne.

Selon Brånemark, il est devenu évident que la mise en vigueur des brevets allait susciter un intérêt croissant pour cette technologie dans un certain nombre de pays et faciliter sa diffusion.

Aujourd'hui, Nobel Biocare et son concurrent Straumann représentent plus de 40 % des parts du marché mondial. Nobel Biocare est devenu un prestataire complet en matière de dentisterie restauratrice et esthétique et appuie sa stratégie commerciale sur sa position d'innovateur et de chef de file scientifique.

L'entreprise a introduit de nombreuses innovations dans le domaine dentaire au fil des années. Comptant aujourd'hui plus de 2433 employés dans le monde, elle est dotée d'un réseau de distribution s'étendant à plus de 70 pays. En 2010, elle enregistrait 45,7 millions d'euros de bénéfices nets.

D'autres grands acteurs du secteur sont notamment Biomet 3i (Etats-Unis), Zimmer Dental (Etats-Unis), Dentsply International (Etats-Unis, avec le développement et la production d'implants dentaires gérés par la filiale allemande Dentsply Friadent) et AstraTech [SWE, filiale d'AstraZeneca (Royaume-Uni)].

Gros potentiel de croissance

Estimé à 4 millions d'implants dentaires vendus chaque année, la marché européen est le plus important, mais les analystes repèrent un potentiel de croissance plus fort dans les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). En témoigne par ailleurs la délivrance à Brånemark de 12 brevets au Brésil et en Chine respectivement.

Le Millenium Research Group (MRG) estime que le marché mondial en matière d'implantation dentaire (en valeur marchande) progressera à un taux de croissance annuelle composé de quelque 7 % sur la période 2009-2014 pour atteindre une croissance à deux chiffres à l'horizon 2014.

Quick Navigation